08/03/2017

Emmanuel Macron le candidat providentiel

J'ai toujours été fasciné par les candidats providentiels! Encore inconnu hier, Macron a jouit d'un engouement proche d'un messie, voir la même que Barack Obama en 2008. Obama avant meme sa candidature avait jouit de formidables reportages (alors qu'il était élu dans l'illinois). Je me rappelle encore de la phrase "et il pourrait etre candidat à la prochaine présidentielle".

Ce jour là j'avais compris que l'homme n'était qu'un pur produit marketing. Le type est bright, souriant et surtout l'enfumage premier est qu'il était noir, donc un premier président noir une grande nouvelle. Sauf que si l'on connait l'histoire des USA, les noirs, au lendemain de l'abolition de l'esclavage, se sont vivement intéressés à la politique et dès cette époque des élus afroaméricain apparaissent dans le paysage politique américain. C'est alors qu'il a fallu réagir. Les américains "blanc" testaient le niveau de lecture des noirs devant les locaux de vote et renvoyaient chez eux s'ils étaient incapable de lire ; alors que le paysan blanc analaphabète pouvait voter sans problème.

Macron c'est un peu pareil. Il n'était rien hier, il n'a rien prouvé en politique mais il a prouvé que son réseau était efficace. Le seul problème c'est que son parcours et ses liens politiques sont plus teintés de pistons que de réelles compétencse. Encore un qui sort de l'ENA et pardonnez-moi mais l'ENArchie a déjà montré ses limites et son innefficacité. Ceux qui vont voter Macron vont tomber de haut.

Voilà un joli résumé du parcours du monsieur. Alors je sais, il y a un lien avec mediapart, cela dit les informations sont réelles et ne changeront pas meme si c'est un journal de droite qu'il l'aurait fait. Pardonnez-moi également de ne pas être influencé par une "soit-disante philosophie gauche-droite" héritée au lendemain de la guerre, devenu dépassée au XXIème siècle.


07/03/2017

Attirer les riches bon pour l'économie ?

Encore un argument que les libéraux ont tendance à répéter à tout va! "Si on perd des riches se sera très mauvais pour le canton". Ah bon ?

L'article du jour de la tdg http://www.tdg.ch/suisse/geneve-multimillionnaires/story/... nous révèle la bonne nouvelle : le canton de Genève possède 2'500 millionnaires ! Rien que ça.

Dès lors, selon ces mêmes théories, notre canton devrait très bien s'en sortir car nous avons des gens riches qui investissent, ils font marcher l'économie parce qu'ils habitent sur le canton etc.

Or dans l'absolu, c'est un peu tout le contraire. Le coût du mètre carré a terriblement augmenté sur le canton, du simple fait de son attractivité ; la conséquence s'est reportée sur les ménages à travers leurs loyers, l'implantation de multinationales avec des expats n'est pas en reste. Pour financer les deuxièmes piliers, beaucoup d'immeubles ont été achetés d'ailleurs pour les garantir ; vous savez maintenant pourquoi vos loyers sont chers.

Résultat, notre canton est endetté, d'une part par la classe politique (indemnités à vie, augmentation des jetons de présence des députés), les forfaits fiscaux et bien entendu la croissance des demandes à l'aide sociale. Pourtant s'il y avait autant d'investissment pour créer de l'emploi, notre taux de chomage reculerait ; n'oublions pas que la plupart du temps la diminution du chomage est dû au  simple fait que des chomeurs qui passent à l'aide sociale.

J'avais déjà touché deux mots sur le fait que les riches de nos jours, ne participent plus autant à l'économie que par le passé. L'argent a du mal à circuler car on préfère la thésaurisation bancaire ! Combien de fois avons-nous été montré du doigt lorsqu'un tel thésaurise sous son matelas ?

Les libéraux se retrouvent piégés dans leurs arguments. Ces derniers travaillent plus pour une petite classe de privilégiés, ou pour des lobbys plutot que pour la population. D'ailleurs, vous remarquerez que leur seule approche sociale est de vouloir défendre les PME, chose qu'il ne font pas en définitive.

20/02/2017

Il y a 22 ans, c'était aussi une campagne présidentielle

Il y a 22 ans, la France était en pleine élection! Bien que je dois avouer qu'à cette époque l'europe était moins raciste qu'aujourd'hui (je parle au niveau de la politique et des médias et autres réactions du net).

Nous sommes le 21 février 1995, Ibrahim Ali 17 ans, deux ans de plus que j'avais à l'époque ; il est sur le point de passer un CAP de menuiserie et à coté, ce jeune à une passion, le hip hop! Et comme la majorité des gens de ce mouvement, il est tourné vers son prochain. Ce soir là, il répète avec ses amis, du collectif B-Vice, pour un concert en faveur de Solidarité enfants Sida.

Il est tard, ils sortent et décident de courrir pour ne pas rater leur correspondance. Sur leur chemin, il y a trois colleurs d'affiches du FN : Robert Lagier, 63 ans, Mario d'Ambrosio, 41 ans, et Pierre Giglio, 33 ans. Aucun mot n'est échangé entre les parties mais Ibrahim Ali recevra trois balles dans le dos sans raison.

Robert finira par décéder en prison lors de sa peine de 15 ans de réclusions. Mario 10 ans et Pierre 2 ans dont un avec sursis!

Les faits sont là! Voter pour ce parti c'est cotoyer des personnes qui sont restés au siècle dernier. Un pavé de plus dans la mare de la république ; un pavé de plus qui ne permet pas un rapprochement culturel mais toujours de la division de la haine pour déboucher sur la création occidentale : le racisme.