21/06/2011

Les riches sont fait pour être riches et les pauvres sont fait pour être plus pauvres

"Salaires bancaires en baisse
Malgré cette danse irréelle de chiffres, les deux grandes banques ont revu leur système de rémunération à la baisse. Le porte-parole de Credit Suisse, Jean-Claude Darbellay, explique ainsi que «la part de rémunération qui n’est versée qu’au bout de quelques années est comparativement élevée (cette part est retenue intégralement pour les membres du Directoire). Si le résultat opérationnel est mauvais, de l’argent sera déduit des bonus bloqués.» Les revenus dépendent donc des résultats, ce qui n’est pas le cas du groupe industriel Georg Fischer (propriétaire de Charmilles Technologies). L’écart salarial en son sein est passé d’un rapport de 1: 14 à 1:20, soit 45% d’augmentation (voir graphique ci-dessus) alors même que les résultats du groupe n’ont pas atteint le niveau d’avant-crise et que seuls 400 nouveaux collaborateurs ont été réengagés sur les 2000 licenciés."

http://www.tdg.ch/actu/economie/folie-hauts-salaires-contamine-economie-2011-06-21

 

 

Rien de nouveau. L'histoire nous le démontre! Voici un extrait du livre de Rudolf Rocker "Théorie et pratique de l'anarchosyndicalisme". Si je le cite ce n'est pas pour faire de la propagande pour une idéologie. Je le cite pour mettre en avant ce qui s'est passé en Angleterre.

 

"Depuis 1350 existait en Angleterre une loi en vertu de laquelle la formation des apprentis, les salaires et les heures de travail étaient réglementés par l'Etat. Les alliances de corporations d'artisans ne se préoccupaient que de questions comme la production de marchandises et le droit de les vendre. Mais lorsque le capitalisme naissant et la multiplication des usines commencèrent à faire baisser les salaires, les premiers syndicats qui virent le jour au sein de la nouvelle classe de salariés furent formés afin de lutter contre cette tendance. Les efforts déployés par les travailleurs organisés rencontrèrent aussitôt la résistance unanime des patrons qui harcelèrent le gouvernement de pétitions et demandèrent le rétablissement de l'ancienne législation ainsi que la suppression des organisations "illégales" de travailleurs. La réponse du Parlement ne se fit pas attendre : on adopta bien vite les Combination Acts de 1799-1800, qui interdisaient les syndicats et les revendications collectives concernant les salaires ou les conditions de travail, et prévoyaient de lourdes pénalités pour les contrevenant."

 

Quand je vois qu'une personne en particulier parle de jalousie, je glousse doucement. Les droits de l'Homme devraient, normalement, nous garantir de vivre décemment plutôt que d'avoir le souci chaque jour de survivre. Mais devant l'inintelligence de ce genre de personnes, je préfère ne pas rentrer en débat. Le niveau n'est pas le même. Je parle de fait et certain parlent d'émotions.

 

Tant que les entreprises criminelles, car elles ne le sont pas toutes, auront un pouvoir sur l'Etat, il y aura écart. Lorsque la classe moyenne comprendra qu'elle est spoliée, elle se rapprochera des nantis qui cherchent uniquement à joindre les 2 bouts. A ce moment peut être il y aura changement. Mais de grâce arrêtez de parler de jalousie et de défendre les dérives du capitalisme tout comme un prêtre ou autre démago défendrait sa croyance. Copernic passait pour fou, ceux qui voudraient modifier le capitalisme pour faire quelque chose de plus juste sont considérés de la même manière.

Les commentaires sont fermés.