03/10/2011

La tolérance zéro

 

 

http://www.decitre.fr/livres/Les-Policiers-Tome-3-Amende-fumee.aspx/9782353250721

 

 

La recrudescence de criminalité à Genève a poussé notre chère Isabelle Rochat à New York afin de constater le résultat de « la tolérance zéro » appliqué dans la big pomme. Désormais le débat est partout à la télévision, entre amis et même dans le courrier des lecteurs de la TDG de ce week-end. Mais est-ce une solution ?

Tout d’abord des chiffres : selon wikipedia les chiffres sont sans appels !

Le résultat, selon la ville de New York, après sept années d'application est une baisse de :

· 65 % pour les homicides ;

· 68 % pour les vols de voiture ;

· 62,5 % pour les vols à la tire ;

· 62 % pour les cambriolages ;

· 36 % pour les viols ;

· et 32 % pour les autres agressions physiques.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tol%C3%A9rance_z%C3%A9ro

Autant dire que le résultat est excellent alors pourquoi ne pas mettre en place des mesures identiques ? Les arguments des partisans du pour sont non négligeables cependant ils en oublient quelques aspects. Le montant des moyens à disposition ! Alors que la police genevoise n’arrête pas de demander un renforcement des effectifs, il a fallu qu’Isabelle Rochat obtienne une réponse à New York, alors que ses collaborateurs lui avaient déjà soufflée. Mais au-delà des chiffres, cette politique fonctionne-t-elle ?

Selon wikiepedia: « En prenant en compte tous ces facteurs, la tolérance zéro n'a pas été la méthode miracle présentée durant de nombreuses années. Peut-être a-t-elle participé à la baisse de la criminalité, mais elle n'en a pas été la cause principale. Durant les années 1990 le taux de chômage a baissé, le niveau de vie a augmenté du fait de l'importante croissance économique des États-Unis, et l'"épidémie" de crack, important facteur criminogène, fut quasiment annihilée. Ces facteurs ont très certainement participé bien plus à la baisse de la criminalité que la pratique de la tolérance zéro ».http://fr.wikipedia.org/wiki/Tol%C3%A9rance_z%C3%A9ro. Wikipedia étant ce que c’est, un site mis à jour par des internautes, il est intéressant de voir si des experts se rallient à cette vision.

Le 6 septembre 2011, Richard Hétu correspondant de La Presse à New York depuis 1994, faisait état sur son blog d’un événement tue par nos médias. « 48 personnes atteintes par balles dont trois ont perdu la vie » http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2011/09/06/week-end-sa.... Il semblerait que le bel iceberg que l’on nous montre a bel est bien une partie cachée que personne ne veut voir. Bernard E. Harcourt, dont vous trouverez une courte biographie sur ce lien http://www.bibliomonde.com/auteur/bernard-harcourt-2355.h... a écrit un livre intitulé « l’illusion de l’ordre ». C’est une analyse pointue en profondeur de l’effet « tolérance zéro ». Il a déclaré par ailleurs dans l’Humanité : « Tout cela renforce l'exclusion de gens déjà marginalisés et se fait au détriment d’une lutte contre la vraie criminalité. Par ailleurs, il y a aujourd'hui un consensus qui se dégage pour dénoncer cette théorie des vitres brisées qui voudrait que les désordres mineurs finissent par causer les crimes majeurs. Le désordre ne cause pas le crime. Les deux, en fait, ont les mêmes causes. Ce constat, qui rassemble désormais la communauté scientifique, mais aussi de plus en plus de chefs de police, n’est malheureusement pas encore partagé par le monde politique ».

Dès lors, il est a se demander si Isabelle Rochat n’avait plutôt envie de se « réveiller dans cette ville qui ne dort jamais ». Il faut le dire, si elle commençait à écouter les doléances de ses policiers il y aurait peut être de l’amélioration.

Les commentaires sont fermés.