27/10/2011

Parti De C... ?

 

Dans l'édition de ce jour du 20 min nous apprenons que Guy Mettan souhaiterait que Genève investisse dans des infrastructures de l'autre côté de la frontière. Le montant n'est pas des moindres 25 millions ! 25 millions supplémentaires seraient investis par la France pour arriver au pot total de 50 millions. Vous savez ce pays qui a une note AAA mais qui est au bord de la faillite.

Alors je tiens à préciser que je suis pas MCG, ni PDC, PLR et d'ailleurs d'aucun sigle à trois lettres. Je suis d'abord ce que je suis, c'est à dire un citoyen. Un citoyen qui a vu des chômeurs perdre 3-4 mois de droits pour des raisons financières. Et là nous avons un homme qui ose proposer cela. Désengorger Genève oui mais pas la France! Genève n'est pas une société anonyme!

La raison pour laquelle on nous pousse à faire cela est simple. Plus d'appartement en ville de Genève et les prix ont déjà dépassé l'indécence! Il ne reste plus qu'à exporter notre crise immobilière en France voisine. Les français travaillant en France devront bientôt changer de région car nous Suisse, allons faire tellement augmenter leur loyer. Genève veut plus de grosse société plus de cadre de l'étranger afin que la Praille devienne le Manhattan suisse. Mieux encore nous permettons à ce genre de politicien aux idées totalement libérales plutôt que chrétienne, d'exister politiquement.

 

Désengorger Genève de son trafic pendulaire en finançant des infrastructures de l’autre côté de la frontière. Telle est l’idée du PDC genevois Guy MettanÉlections 2011Guy Mettan
PDC, GE
Dans ma sélectionDétails
.

Selon la «Tribune de Genève», le député a déposé la semaine passée un texte au Grand Conseil demandant qu’un fond subventionné à part égale entre Genevois et Français soit constitué.

25 millions à charge des Genevois

«Nous arriverions à un pot de 50 millions, ce qui nous permettrait de financer des parkings et des prolongements de trams en France», indique Guy Mettan qui n’exclut pas à terme d’impliquer le canton de Vaud dans l’affaire, vu le nombre de travailleurs frontaliers présents à Nyon ou Lausanne.

«Ce n’est pas aux Genevois de financer les infrastructures françaises», s’exclame le député MCG Thierry CeruttiÉlections 2011Thierry Cerutti
MCG, GE
Dans ma sélectionDétails
. Le président de la commission des affaires régionales, l’UDC Eric LeyvrazÉlections 2011Eric Leyvraz
UDC, GE
Dans ma sélectionDétails
, craint de raviver des tensions «en cette période d'accalmie.»

«Résolvons déjà nos problèmes!»

De son côté, le président du Conseil d’Etat vaudois, Pascal Broulis, temporise. «Nous devons déjà résoudre nos propres problèmes.»

09:00 Publié dans Genève | Tags : transport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.