07/02/2012

La récupération d'une mort indigne

La récupération politique autour de la mort d'un indigné me fait sourire jaune une fois de plus.

Le livre d'Amélie Nothomb "Le fait du prince" mettait en avant que la mort d'une personne peut être problèmatique. En effet, si une personne sonne chez vous et vous demande de téléphoner car son téléphone portable ne fonctionne plus il ne serait pas charitable de lui le refuser. Mais imaginons que la personne décède subitement d'une crise cardiaque chez vous ? La police viendra et vous serez le premier suspect, là c'est vraiment problématique. C'est exactement ce qui se passe dans le roman.

Dès lors, on peut se dire que la personne n'est pas morte au bon endroit. C'est tragique ce que je dis mais si cette personne était morte sous un pont, est-ce que l'on aurait eu les mêmes manchettes ?. Dieu sait qu'il existe en Europe des morts tous les jours dans le froid. N. Sarkozy avait osé déclarer "si je suis élu en 2007 il n'y aura plus de SDF" on attend encore.

Ce qui a de regrettable c'est que le mouvement soi disant proche des individus à échouer tout comme notre société. Il faut croire que les indignés n'ont été que le reflet de notre société. Hier soir deux personnes âgées sont mortes en France intoxiquée au monoxyde de carbone. On peut en déduire que pas tout le monde a le bénéfice d'avoir un chauffage.

Par conséquent, je regrette deux choses :

-la mort de cet homme et je partage la tristesse de son éventuelle famille

-la récupération politique de tous les partis. Je les attends de pied ferme le 24 décembre 2012 pour distribuer la soupe aux sans abris et aux personnes âgées suisses qui par nécessité se rendent à la soupe populaire. Là bien sûr, il n'y a plus personne. La misère est devenu un terrain pour politiciens. Il semblerait qu'il n'y ait que cet homme qui meurt dans le froid à Genève. Vive l'hypocrisie! Ce qu'il y a d'indigne c'est que dans notre civilisation soit disant supérieur, selon Claude Guéant, il y ait encore des gens qui vivent et meurent dans la rue! Vive la déclaration des droits de l'Homme. Rousseau doit être heureux là ou il est!

Commentaires

Plume Noire, vous avez déposé un beau commentaire sur mon blog. http://voix.blog.tdg.ch/ teinté de l'amertume qui caractérise votre pseudo.

Mais vous avez surtout écrit un passage que je retiens et cite ici parce qu'il me paraît juste: "Il est grand temps que ce mouvement se convertisse en association pour en venir en aide aux gens plutôt que de rester à contre sens ce qui se passe ailleurs ou alors disparaisse comme il est venu."

Je viens de m'exprimer encore une fois sur mon blog à ce propos. Votre indignation se justifie si la réalité humaine passe à la trappe de querelles intestines et idéologiques.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 07/02/2012

Chère Hélène merci pour votre petit commentaire et d'avoir si justement souligné cette phrase. Je ne cache pas que le mouvement des indignés est juste. Je m'étais tout comme vous rapproché un peu d'eux. Ma seule peur était qu'ils risquaient de tomber dans un attentisme. Si l'on compare avec les indignés espagnols, on peut se dire que nous avons juste des enfants gâtés qui squattent le parc.
Je pense que cette mutation va totalement en accord avec Hessel qui dit : "qu'il faut s'indigner mais ne pas rester dans l'indignation. Il faut par la suite s'engager" L'engagement ne peut se faire que par le don de soi aux plus défavorisés et ensuite proposer des alternatives.

Cela dit je vous rassure, le noir est uniquement dû par mon goût pour l'anarchie. ;-)

Écrit par : plume noire | 07/02/2012

Les commentaires sont fermés.