24/01/2013

Mangez mangez! Mais soyez logique...

Oui mangez les libéraux. Continuez, vous ne savez faire que ça... le jour ou vous mourrez il n y aura pas de coffre-fort à l'arrière du corbillard. Ni le jour ou tout se cassera la gueule. Mais ce n'est pas encore pour maintenant et c'est tant mieux. Il est préférable que vous ayez mal jour après jour. Vous finirez dépressif à croire aussi fortement à des convictions que vous ne comprenez pas. En parlant de cons, le reste de votre bande de consanguins est en vacances à Davos. Tiens ca me rappelle qu'on avait fait des tests scientifique sur les égouts pendant la période de cette masquarade. Le constat était sans appel, une augmentation de la consommation de la coke...

Sinon petit message pour tous les autres qui se vante de leur patrimoine culturel qu'il ne maitrise meme plus à préférer payer des employés au noir. Oui les libéraux sont pour l'immigration...c'est pas d'aujourd'hui!

 

"Je suis toujours amusé quand je vois que ma délicieuse fondue est préparée en cuisine par un gaillard qui n’a pas l’air d’être né en Gruyère. J’en déduis que l’un des fleurons de notre patrimoine culinaire dépend donc bien souvent du savoir-faire des étrangers, voire de « migrants sans papiers » que nos vieux xénophobes biberonnés au Fendant traitent plus généralement de clandestins quand ils font dans la sobriété verbale. Ce sont donc des clandestins qui leur servent leur picrate et la fondue dont ils l’accompagnent parfois quand le besoin de pomper le trop-plein d’alcool se fait sentir.

Cela fait penser à cette cuisine française que des chefs étoilés voudraient faire reconnaître comme patrimoine immatériel mondial de l’Unesco. Une cuisine française notamment dégustée par toute une intelligentsia politico-médiatique dans quelques grands restaurants parisiens établis autour de l’Assemblée nationale.

Des établissements dans lesquels le personnel de cuisine est en grande partie composé de migrants post-coloniaux illégaux que nombre de députés du Front National doivent traiter en privé de nègres et de bougnoules. C’est du coup assez jouissif d’imaginer qu’un clandestin gay goûte peut-être le bouillon d’un député FN homophobe après avoir tripatouillé la pâte feuilletée sur laquelle reposent ses langoustes.

En France comme ici, les patrons puisent dans un réservoir quasi illimité de sans-papiers pour gagner encore plus qu’en sous-payant une main d’œuvre déclarée. Des patrons qui dans l’agriculture ou les services sont souvent les premiers à avoir des points de vue droitiers et xénophobes sur l’immigration, en refusant l’idée de régulariser une main d’œuvre qui paye déjà des impôts et des charges sociales. Pour y gagner quoi ? Le droit de d’échanger des plaisanteries racistes avec leur clientèle de vieux schnocks alcoolos sans que leurs employés les traînent aux prud’hommes ?"

E. Grosjean

Les commentaires sont fermés.