13/05/2013

Un journal plutot de droite qui va être qualifier de gaucho!

Guinée, le coup de trop du groupe Steinmetz

Aux confins de la forêt guinéenne, les monts Simandou attisent toutes les convoitises en raison du minerai de fer de qualité exceptionnelle qu’ils renferment. (DR)

Aux confins de la forêt guinéenne, les monts Simandou attisent toutes les convoitises en raison du minerai de fer de qualité exceptionnelle qu’ils renferment. (DR)

La justice américaine enquête sur les conditions d’obtention d’un immense gisement de fer aux confins de la forêt guinéenne. Un homme est en prison en Floride. BSGR dément tout lien avec ses activités en Guinée. Ce groupe minier dépend d’une fondation dont le bénéficiaire est le milliardaire israélien vivant à Genève Beny Steinmetz

Incarcéré en Floride depuis un mois, Frédéric C. a tout loisir de penser à son rendez-vous du 11 avril à Jacksonville. «Il faut détruire les documents de toute urgence», répète-t-il alors, sans se douter qu’il est sur écoute. La jeune femme en face de lui vient de lui avouer que la police est sur leur piste. On l’a interrogée sur des «pots-de-vin et des contrats miniers en Guinée». Mamadie T. était la quatrième épouse du défunt dictateur guinéen Lansana Conté. Pour qu’elle se taise, Frédéric C. lui promet un million de dollars. Et éventuellement «cinq». Prudente, elle demande si un responsable a donné son feu vert. «Bien sûr», répond le Français, qui revient le week-end suivant pour tout brûler. C’est là qu’il se fait cueillir par les agents du FBI. Il n’a pas eu le temps de faire disparaître une série de documents «relatifs à l’attribution des concessions de Simandou», selon leur déposition, le plus grand gisement de fer encore non exploité au monde, dans le sud-est de la Guinée-Conakry.

Derrière Frédéric C., un personnage mystérieux qui avait ses entrées à Conakry, la justice américaine pourrait viser la société BSGR, conglomérat minier propriété d’une fondation dont Beny Steinmetz et sa famille proche sont les uniques bénéficiaires. Le milliardaire israélien, 57 ans, réside à Genève avec sa famille, dans un immeuble grand siècle sur les quais. Son entourage indique qu’il passe près d’un tiers de son temps en Israël. Présenté par l’agence Bloomberg comme la «plus grande fortune israélienne», il a pris la succession de la société diamantaire Steinmetz Diamonds Group, fondée par son père et chapeautée par une société basée à Genève. Ses activités lui ont parfois valu d’être décrit comme un flibustier écumant le continent africain pour piller ses trésors. «L’Afrique n’est qu’un chapitre de l’histoire du groupe, qui dispose aussi d’un important bras immobilier, d’un hedge fund maison, d’une marque de diamants», rétorque un proche du milliardaire. Reste que le groupe minier BSGR – dans lequel on réduit le rôle de Beny Steinmetz à celui «d’ambassadeur et de conseiller» – risque gros.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/e65b3dca-b9ae-11e2-a31c-6...

 

Alors d'avance j'annonce aux pleunicheurds, que c'est de l'information connue. Que je regrette que Monsieur Benny Steinmetz soit israelien. Ceci n'est pas une vendetta antisémite. Cela peut paraître enfantin que je dise cela, mais nous avons des enfants qui régulièrement font des hors sujets!

Les commentaires sont fermés.