12/11/2013

Argent, jalousie et manque d'intelligence

Me voilà de retour depuis plus de deux semaines de mon voyage en Israel, Palestine et Jordanie.

Voyage enrichissant, rythmé à celui des rencontres. Du Canada à la France, ou de la Colombie, du Brésil, de l'Allemagne des USA. Bref un voyage extraordinaire. Surtout parce que le tour organisé par mon compagnon d'aventure et moi-même était extraordinaire. Nous avons délaissé la peur de l'autre dans les urnes à Genève. Je vous ferai part de ce voyage plus tard. Revenons à l'actualité genevoise si on le veut bien.

 

J'ai constaté avec amusement que les fonctionnaires n'allaient pas être augmentés cette année. En réalité il ne s'agit pas d'augmentation, puisqu'il s'agit d'une indexation du salaire qui suit le cout de la vie. Mon 3ème pilier suit la même logique en ayant chaque année une augmentation de prime, puisque la vie augmente. On appelle cela l'inflation. Sans compter que privé ou public, si son salaire dépasse un barême, on peut gagner moins.

Et de ce constat, on a pu voir la rage des personnes travaillants dans le privé être content du blocage des salaires. Votre joie n'a aucun effet sur moi, dans le sens que l'argent ne donne pas le bonheur. Je n'ai rien contre les gens travaillants dans le privé. D'ailleurs j'y ai moi même travaillé longtemps. J'ai constaté toujours la même chose. On a, à chaque fois, fait en sorte que je ne sois pas payé à un salaire décent.

Je donnerai pour exemple, ma première expérience : grosse Etude de Notaire de la place de Genève, des revenus annuels à faire palir certains avocats. Salaire : 3'500.- brut par mois.

Etant jeune à ce moment là, je mis le poing dans ma poche en me disant qu'en une année après mon CFC, je prouverai ma valeur. Chose j'ai faite, j'ai géré tous les dossiers de ma patronne notaire pendant son congé maternité. Son confrère recevait les clients les faisaient signer et je m'occupais du reste. En gros, le 98 % du travail était accompli par mes soins le 2 % restant étant le rendez-vous, les questions subsidiaires et la lecture de l'acte notarié.

Mon ancien patron a essayé de m'impressionner en me disant que je brassais de l'air. Il avait vaguement hésité à m'augmenter de 80.-. Je demandais seulement une augmentaion de 1'000.- soit un salaire de 4'500.-. Car, qu'on se le dise, pour le meme salaire je pouvais travailler à la MIGROS. L'ancienne apprentie qui avait alors 28-29 ans était à peine arrivée à 4'200.- brut. Sentant que j'allais chercher ailleurs, j'ai été licencié pour des raisons économiques officiellement, mais officieusement mon patron m'a dit, "je ne veux pas que tu nous prenne pour des vaches à lait". Triste fin. Surtout que j'y avais fais mon apprentissage. Mais commme toutes personnes qui essaie de me faire du mal fini par le payer, ce patron a eu par la suite des problèmes graves avec la justice pour exploitation de personnel domestique. Il n'y avait pas que le domestique. Depuis mon arrivée dans cette étude, une personne sur deux quittant son Etude finissait au Prud'homme avec mon ex patron.

Je tiens à préciser que par la suite je me suis fait engager dans une autre étude ou j'ai pu sans avoir eu besoin de négocier, le salaire de 4'500.- par mois.

La morale de cette histoire est que dans le privé on peut faire ce que l'on veut pour l'exploitation des personnes et pas à l'Etat. Dieu merci. La jalousie de beaucoup de gens dans le privé par rapport aux fonctionnaires est presque compréhensible. Après tout, si vous vous faites spoilier c'est à vous de vous battre. Mais la peur dort dans votre estomac.

Les mêmes du secteur privé, oublient que nos députés se sont augmenter de 25% leur salaire de menteur politique, pour une raison simple. Il devait déclarer ces revenus dans leur déclaration fiscale. Ces messieurs ne voulait pas baisser leur niveau de vie.

Alors, gueulez contre les fonctionnaires parce que vous n'avez grand chose sur qui gueuler. Il faut savoir qu'à l'Etat il n'y a pas que des avantages. Il y a les inconvénients. Le problème des petits chefs qui font leur loi, leur mobbing etc... et quand on bosse pour l'Etat et qu'il y a un problème de ce genre, c'est pire que dans le privé. Un dossier vous suit. Il faut aussi arrêter de penser qu'il y a une sécurité d'emploi. Ce n'est pas le cas et pas partout. Cette idée est un vestige des années 90. Il y a quelques cas de personnes qui effectivement  ne peuvent pas être licenciés. Ca en revanche c'est plus dû à des connaissances d'un tel ou un tel. Magistrat, directeur etc...

 

Pour ceux qui me parleront de création de richesse, de cout exorbitant etc... j'ai un exemple à leur donner :

La gare CFF cornavin en sous-sol ou en surface ?

En surface, le projet présenté par les CFF coute 700 millions. Mais il détruira environ 200 emplois et mettra à la rue environ 300 personnes sinon plus. En temps de crise c'est pas mal. Ce qu'on ne dit pas, c'est qu'environ 400 millions qui reste à la charge du canton pour enlever les rails de tram et les remettre ainsi que toutes les infrastructures nécessaires et la mains d'oeuvre pour cela. Oui un piège des CFF. Ils n'avaient pas tout dit. Normal appuyé par la logique libéral de nos politiciens. Oui le projet de la gare est spéculatif et ne vise pas une vision à long terme. Au total environ 1milliard 100 millions. 

 

En sous-sol, la possibilité a été retenue suite à une deuxième analyse lancée par Ramy Pagani. Le coût est d'environ 1milliard 100 millions pour la totalité, soit plus ou moins la même chose. De plus le rapport, explique bien qu'une gare en sous-sol permet de résoudre de futurs problèmes urbains.

 

Je terminerai en disant ceci : je ne suis pas contre le capitalisme, je suis contre l'absurdité à vouloir toujours plus d'argent au dépend de l'être humain. C'est cela la dérive que je condamne. Cette dérive que beaucoup ne voient pas parce que d'autres personnes on dit que. C'est un peu comme l'église qui disait que la terre est plate. Alors réfléchissez par vous même et accordez peu d'importance à tout ce qui nous divise. Tant que les choses seront comme cela, je peux vous assurer que rien n'ira pour le mieux dans notre république de Genève, célèbre pour ses "Genferei".