26/12/2013

Noël (joyeux?)

Je souhaite sincèrement un joyeux noel aux personnes capables d'avoir un esprit de noël.

Je parle donc de partage et d'amour avec ses amis et sa famille.

Je ne soutiendrai pas non plus cette année le consumérisme à outrance qui détruit chaque année cette fête qui ne ressemble plus du tout à ce qu'elle devrait ressembler. Je pense que les enfants sont plus ou moins épargnés et leur regard est encore magique. Les yeux des gens dans les magasins ont plus souvent l'oeil du charognard prêt à se battre pour obtenir le dernier objet de leur rêve en rayon : la joie par le matériel. Je sais que certaines personnes pensent que le bonheur passe par là. Helas pour elles, elles ont totalement tords ; le débat sur le bonheur est une question sans réponse depuis la nuit des temps. Philosophes, penseurs, prophètes, scientifiques ou même poètes se sont penchés dessus. Le constat est sans appel, Le matriel produit une joie éphèmère mais qui ne s'apparente pas au bonheur. Le bonheur est constant et une fois atteint il ne peut être troublé. J'assume le fait de me dire que je ne connais pas cela. Oui j'ai bien comme tout le monde des moments de joies éphémères, mais une joie constante, non. Ceux qui diront que ce n'est pas possible, je les renvois au témoignage d'une rescapée des camps de concentration qui disait avoir trouver le bonheur pendant sa détention. Mathieu Riccard, porte parole français du Dalai Lama nous rapporte ces propos dans son livre, "plaidoyer pour le bonheur".

Je ne voudrai pas m'attarder sur tout ceci, car on donne trop d'importance au monde de la consommation. (oui y a le mot "con"). J'ai été heureux de recevoir un paquet de biscuit fait maison par une amie en "dèche" de thune. J'en aurai eu pour une fortune en magasin sans l'amour de la fabrication. Heureusement que ma pote ex-banquière n'a pas oublié ses talents artistique en matière de cuisine qu'elle a. Sans compter le dessin et tout ce qui s'en suit. Une véritable richesse inquantifiable.

Ce qui m'intéresse de quantifier c'est la pauvreté, ces gens qui ne fêterons pas Noel comme tous les autres. Cette pauvreté qui augmente, alors que certains veulent vous convaincre qu'elle recule. Foutaise! Joyeux Noel quand même!

-------

France: avec un million de bénéficiaires, les Restos du cœur battent un triste record d’affluence

Une antenne des Restos du coeur à Nice, en novembre 2013.
Une antenne des Restos du coeur à Nice, en novembre 2013.
REUTERS/Eric Gaillard

Par RFI

C’est un bien triste record. Et tout un symbole. Un mois à peine après l’ouverture de la 29e campagne hivernale, et pour la première fois dans l’histoire de l’association, le cap du million d’inscrits a été franchi. Dans ses 2 070 centres d’accueil, animés par 66 000 bénévoles et plusieurs dizaines de permanents, les Restos du cœur proposent aux plus démunis le réconfort de l’aide alimentaire. Celle-ci peut prendre la forme de paniers repas à emporter ou bien de repas chauds à manger sur place. Reportage dans un de ces centres.

 

Chaque midi, la salle de ce Resto du cœur du XIIIe arrondissement de Paris, se remplit de monde. Denise et son équipe de bénévoles servent à manger à près de 400 personnes : « Nous recevons des gens en difficulté qui ont de tous petits revenus à qui nous donnons un repas qui comprend une soupe, un plat viande et légumes et un dessert. »

Pour la majorité des bénéficiaires, ce sera leur seul repas de la journée. Paula est retraitée : « Je n’ai pas obtenu tout ce à quoi j’avais droit. Pour l’instant, ça m’aide. Il ne faut pas être trop difficile et il faut accepter ce qu’ils nous donnent. »

« Seule façon de survivre »

Les Restos du cœur aident aussi un grand nombre de chômeurs et de migrants. « Je n’ai pas de travail, je n’ai pas de logement, témoigne Amin, un Algérien. Ces restaurants du cœur donnent à manger et ça, c’est bien. C’est la seule façon de survivre. »

Jacques non plus ne pourrait pas se passer de Restos du cœur. Bien que reconnaissant, il sent la révolte monter en lui : « On sombre de jour en jour. Maintenant on pousse les pauvres dans la pauvreté et d’autres spéculent. Ça finira mal tout ça. »

L’année dernière, le Resto du cœur fréquenté par Paula, Amin et Jacques distribuait 600 repas par jour. Cette année, pour des raisons financières, il craint d’être obligé de diminuer son offre, et ce malgré une forte demande.

http://www.rfi.fr/france/20131220-france-un-million-resto...

Commentaires

Noël n'est pas le même pour tous. Outre la parabole, il y a effectivement l'amitié, les retrouvailles, l'appel d'un lointain, le partage d'un bon repas avec le sourire des petits qui déballent les cadeaux de tout le monde, un bon mot d'esprit reçu d'ailleurs, le fou rire de celui qui n'en à que faire mais qui est sensible à l'esprit de la fête. Meilleurs voeux à vous!

Écrit par : Micheline P. | 26/12/2013

Trop souvent, nous nous dirigeons du symptôme en aval, c'est-à-dire, ce que l'on pourrait bien faire, en l'occurrence, pour raisons financières, l'offre du Resto risque d'être diminuée, quoi faire? Si, partant du symptôme en amont, nous cherchons quelles sont ces raison financières annoncées être insuffisantes, et pourquoi? Chômage, emplois par trop précaires, familles sans moyens aux enfants nombreux,d'une part, donateurs moins généreux (pourquoi?), de l'autre Si la machine se substitue de plus en plus à l'homme, pour ne prendre qu'un exemple, il y aura toujours plus de chômage avec emplois précaires pour ne pas dire pratiquement fictifs! V. Giscard-d'Estaing qui avait "vu venir"!, in Démocratie française, estimait qu'il faut que chaque personne qui vient au monde touche une rente assurant l'indispensable de sa naissance à sa mort...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/12/2013

Les commentaires sont fermés.