29/12/2014

Mise à jour de la réelle histoire du socialisme

Bonjour à tout mes fidèles lecteurs,

Bien que je ne veuille pas fidéliser, parce que les gens ont le choix, j'ai malgré tout une certaine fréquentation ce qui me réjouit. Ma position étant toujours là-même, ni de gauche, ni de droite mais pragmatique. Il est vrai que j'assume clairement mes pensées, rebaptisées de gauche par certain. Pourtant je ne me sens proche autant du PS ou communiste ni de la droite libéral ou bourgeoise.

Je constate à tout bout de champ une inactivité des partis de gauche (ce qui avait été prédit par les vrais partisans de gauche à son époque) et une inactivité à droite aussi car vous constaterez qu'à droite ils sont toujours contents qu'un homme à eux arrive au pouvoir mais une fois au pouvoir ils nous disent que c'était pas le bon candidat. A croire qu'ils les connaissent tous personnellement. Il est vrai que je les juge vite de malhonnêtes. L'Histoire n'arrete pas de me donner raison.

Mais lorsque je vois le prétendu savoir sur le socialisme, j'ai l'impression de me revoir à 17 ans avec une vision fondée sur ce que les perroquets m'ont dit. La réalité est beaucoup plus complexe que cela. Après avoir dit à mainte et mainte reprise que le communisme n'était pas du socialisme que les expériences que l'on a eu n'ont été que des dictatures.

Rudolf Rocker, anachiste bien connu d'une certaines époques relatent très bien ces faits, qui sont que rarement relaté. MARX est un abruti et pire encore nos contemporains ne parlent pas des changements politiques dans le temps qui ont permis à l'émergence d'une idée "dites sociliste". Si on en suit les théories d'époques le socialisme n'existe pas et ce n'est pas l'étiquette mise sur un parti qui dira le contraite. On laisssera pour les libéraux de gauche et de droite.

"...Le système des conseils ouvriers est compatible avec nombre de fomes que prend l'économique dans un socialisme constructif dans lequel on produit librement afin de satisfaire nos besoins naturels. Il constitue l'aboutissement du développement fécond des idées développée au sein du mouvement ouvrier socialiste. Celle-ci en aprticulier est née de la tentative de fournir une base concrète sur laquelleériger le socialisme, en mettant chacun à contribution de manière constructive. La dictature, elle, est un héritage de la bourgeoisie, un résidu de la tradition jacobine française introduit dans le mouvement prolétarien par ceux qu'on appelait babouvistes, avant d'être repris par Marx et ces disciples. L'idée de conseil est intimement mêlée à celle de socialisme et n'est pas concebale sans lui , la dictature, elle, n'a rien à voir avec le socialisme et ne peut conduire, au mieux, qu'au plus improductifs des capitalismes d'Etat."

Rudolf Rocker (théorie et pratique de l'anachosyndicalisme).

En voilà une citation qui remet dans le contexte d'époque. Le bolchévise et le communiste ont été largement rejeté par tous ceux qui n'ont pas voulu suivre Marx et ces abérations. La non-cultures des libéraux de gauche et de droite a permis à une simplification alors que tout dans l'Histoire explique la scission. Mais nous y reviendront petit au fur et à mesure en 2015. C'était un petit cadeau qui permet d'étayer mes propos par rapport à mes positions et de définitivement tourner la page des éternels  étiquettes posée sur ma personne par manque de culture.

En 2015, nous verrons l'émergence des premiers syndicats, loin des syndicats de pacotille d'aujourd'hui. Il y avait de vrais luttes contre des règles injustes. Sans compter des combats vieux comme Erode qui est l'exploitation de l'être humain en particulier des femmes et des enfants. Si l'enfant est plus protégé de nos jours (qu'il a aujourd hui accès à l'éducation entre autre) c'est notamment graçe à une prise de conscience d'il y a longtemps. Je ne le dirai jamais assez dans la vie tout n'est pas a jeté et tout n'est pas à garder, il faut juste faire preuve de pragmatisme et se renseigner un peu au lieu de déblatterer des absurdités.

Bonne fêtes de fin d'annnées.

 

 

Les commentaires sont fermés.