24/03/2015

Liberté versus bon sens!

Lorsque l'on a travaille dans le social, on se doit de traiter les êtres humains avec respect. Bien que l'on peut suspecter qu'une minorité de personnes nous cachent des informations en tentant de profiter du système, ce qui est une réalité propre à l'Homme, il est évident qu'une évaluation doit être faite afin de déterminer les problèmes et d'apporter une solution. Il n'y a que dans les pays totalitaires que l'on peut mettre quelqu'un dans un batiment psychiatrique sans avoir fait un travail en amont.

Et c'est ce qui s'est passé à Kam Brock. Le journal 20 min, nous la décrit comme une personne excentrique. Je ne sais pas si ce terme a pour but de dévaloriser la personne. Après tout le monde est peuplé d'introverti et extravertie. Il remet en rien en cause la situation de la personne. E

Avec nos bons clichés, une femme noire, originaire de jamaïque, dans une BMW déclenche automatiquement une idée suspect de drogue. D'ailleurs la femme juste titre se fait fouiller. L'histoire aurait pu finir là, car un controle reste quelque chose de routinier suivant sa couleur de peau. Sauf que madame se fera embarquer sa voiture. Le lendemain elle tente de récupérer sa voiture. Il semblerait qu'elle ait eu un comportement "agité". Mais que veux dire agité ? elle rigolait trop ? ou avait des idées socialistes peut être ?  je pense surtout qu'elle a voulu récupérer sa voiture comme n'importe qui. Le verdicte sera Menottes + direction hopital.

"Elle aggrave son cas malgré elle

«En un clin d’œil, les agents me tiennent, un médecin me pique avec une aiguille et ensuite c'est le trou noir», raconte Kam. La trentenaire se réveille le lendemain, vêtue d'une simple blouse d'hôpital. Pour prouver qu'elle n'a rien d'une personne instable, elle engage la conversation avec le personnel médical: «J'ai dit à la doctoresse qu'Obama me suivait sur Twitter pour lui montrer le genre de personne que j'étais, c'est-à-dire quelqu'un de positif. Obama suit les personnes positives!», raconte Kam Brock.

Mais alors qu'elle pensait redorer son blason, la trentenaire vient d'aggraver son cas malgré elle. En effet, les médecins ne croient pas une seconde que le président des Etats-Unis, qui suit pourtant quelque 640'000 internautes sur Twitter, soit véritablement un follower de Kam. Ils doutent également que la jeune femme travaille vraiment dans une banque. "

A cela on s'étonne que personne n'ait essayer d'établir l'identité de cette personne et peut être meme de prévenir sa famille ou travail. Il n'en est rien! Pire on se demande ou le bon sens est parti en vacances!

"Bouffées délirantes et trouble bipolaire

Le personnel médical en conclut que l'Américaine souffre de bouffées délirantes et qu'elle présente un trouble bipolaire. Ni une ni deux, Kam est expédiée en hôpital psychiatrique. L'établissement dresse un plan de traitement sans concession, que la Cour a pu consulter: «Objectif: la patiente prendra conscience de l'importance d'une formation pour obtenir un emploi et déclarera qu'Obama ne la suit pas sur Twitter.» Le document souligne également les «faiblesses» de la jeune femme: «Incapacité de vivre dans la réalité et chômage».

Pendant huit jours, la trentenaire est contrainte de suivre des thérapies de groupe et subit des injections de puissants sédatifs. Elle est finalement libérée sans aucune explication. Devant la Cour fédérale de Manhattan, Kam Brock réclame des dommages et intérêts pour le tort et l'humiliation subis. «Comment réagiriez-vous si l'on vous disait que vous êtes fou?», s'est insurgé Michael Lamonsoff, son avocat. Ce dernier n'exclut pas que la couleur de peau de sa cliente ait joué un rôle dans sa mésaventure.

Interrogés par le «New York Daily News», la ville de New York, la NYPD et l'hôpital de Harlem ont tous refusé de s'exprimer sur l'affaire. "

 

Ca rappelle le film, "Woody et le robots"  de woody allen. Un homme qui avait été faire une controle de l'estomac à l'hopital dans les années 70 se retrouve par erreur cryogénisé.  200 ans plus tard il est ramené à la vie par des scientifiques appartenant à un mouvement révolutionnaire. En effet, Monroe, c'est son nom, est dépourvu d'identité biométrique. (le biométrique pour un film des années 70) est le candidat idéal pour infiltrer le « Aires Project » du gouvernement dictatorial en place. Risquant d'être arrêté, il fuit en se déguisant en robot et atterrit dans la maison de Luna Schlosser , bourgeoise socialiste utopique.

Ce film qui est une parodie et en meme temps un film d'anticipation laisse présager beaucoup de choses. Ne vois-t-on pas dans ce même film un champ de fruit et légumes géants, laissant encore un doute sur la qualité des aliments. La réponse est oui. Woody Allen finira d'ailleurs par se morfondre en se rendant compte qu'il assome un garde avec une fraise ou banane géante!

L'humain étant l'humain, il est tellement facile de prouver tous les jours que ses choix comporteront toujours des dérives. Les seuls bisounours qui existent ne sont pas socialistes, ce sont tous les gens qui ne veulent pas voir la réalité social et qui se conforte dans leur confort avec des pseudos combats. Diane Keaton dans ce film incarne très bien cette pseudo de classe supérieur socialiste qui est tellement bercé par son monde ne se rend pas compte de ce qu'il en est.

Dans ce cas de figure, le bon sens était au abonné absent. Un peu de la même manière lorsqu'un enfant de 6 ans se retrouve sur une liste noire de potentiel terroriste! Ca fait sourire! Et ca fait encore plus sourire quand c'est le pays qui se réclame d'être le meilleur. Liberté économique ne rime rarement avec liberté individuel.

http://www.20min.ch/ro/news/insolite/story/18861042

Les commentaires sont fermés.