19/05/2015

L'UDC dans l'immobilisme aussi...

L'UDC a encore ouvert sa gueule et tous les moutons vont bêler!!!

Le nouveau cheval de bataille est de déloger la conseillère fédérale socialiste. Il faudra d'ailleurs que l'on me dise quelle politique socialiste ? Ah j'ai trouvé ! Sieur Corto m'avait déclaré y a quelques mois que chaque citoyen genevois paie plus de CHF 5000.- pour l'Hospice. Connaissnt les chiffres c'était impossible et de plus si on multiplie ce montant par le nombre d'habitants, on dépasse le budget annuel de la France.

A la vue de ce parti et de ses revendications, je pense leur avoir trouvé un journal à leur hauteur ; le matin. Selon l'UDC voilà ce qu'il faudrait faire :

-L'UDC a donc élaboré deux initiatives parlementaires censées faire le ménage. L'une demande la suppression de l'aide d'urgence accordée aux étrangers séjournant illégalement en Suisse. La deuxième vise à restreindre au maximum les possibilités d'asile et les voies de recours des demandeurs.

-Elle prévoit aussi de placer les requérants «dans des centres de contrôle en Suisse et à l'étranger» et dans des centres fermés en cas de «comportement asocial ou délictueux». Les prestations d'entretien devraient être accordées en nature et non en espèces.

http://www.lematin.ch/loisirs/udc-lance-offensive-simonet...

La notion illégale doit être expliqué car peu de gens peuvent comprendre. Les illégaux sont des gens que l'ont ne voit pas qui travaillent au noir et qui ne demandent pas d'aide, car ce n'est pas dans leur intérêt. Sauf que dans ce cas, j'ai très bien compris que l'on voulait parler de gens déboutés qui sont censés quitter le territoire depuis bien longtemps. Dire que tous allait bien sous BLOCHER est une débilité. Il y a des gens qui sont là depuis 2000. Monsieur Blocher n'a rien fait de plus que les autres. A part peut être une bonne idée, celle de fusionner les services. Mais il reste du pain sur la planche. Car les lourdeurs administratives sont présentes et ce n'est ni la droite ni gauche qui ont réussi à dynamiser ce problème.

J'ai beau être perçu, à tord, comme socialiste, mes idées aux niveaux de l'asile contenteraient beaucoup de gens. Je suis pour le renvoi des personnes qui ont eu une décision négative, car cela fait parti du processus. Par contre je suis contre la volonté de la Suisse qui est : donner de l'argent en espérant que les gens partent. Vous pourrez faire toutes les lois, il faut juste appliquer les lois actuelles et rien de plus. Il est inutile de faire un énènième référundum qui prendra du temps et de l'argent et qui servira à faire mousser le prochain menteur au département. Dans ma pensée, il est drole de voir qu'un vrai professionnel, en la personne de Jean-Noël Wetterwald, qui a été délégué du HCR pendant trente-trois ans partage la même vision. Dans un article du temps il se confit et dit ceci :

– Approuvez-vous la politique de Simonetta Sommaruga, qui vise, à travers sa vaste réforme, le traitement de 60% des dossiers des requérants dans les centres d’enregistrement fédéraux en 100-140 jours?

– Je n’ai rien contre l’accélération de la procédure d’asile. Il est aussi dans l’intérêt d’une personne déboutée d’être fixée plus rapidement sur son sort. Certaines décisions sont bien trop longues; parfois, elles ne tombent qu’après plusieurs années. Mais je ne cache pas que j’ai fait partie de la minorité à avoir soutenu le référendum contre les mesures urgentes votées le 9 juin 2013, qui consacraient notamment la fin des demandes d’asile dans les ambassades.

– Vous êtes favorable à l’accélération de la procédure, tout en vous opposant au projet de la cheffe de Justice et police… Une manière de dire que vous ne lui faites pas confiance pour y arriver de manière humaine et équitable?

– Non, je pense que le fond de la réforme est bon. Je ne fais pas partie de ceux qui disent que nous devons accueillir tous les migrants; le retour d’un requérant débouté fait partie de la procédure. Mais ces mesures votées en juin 2013 ne devaient pas être décrétées «urgentes»: l’hystérie qui domine dans ce débat est néfaste. Elle ne fait qu’augmenter la méfiance systématique envers les réfugiés. Il est aussi faux de dire que la longueur des procédures est due uniquement aux dossiers des requérants: elle est aussi le résultat de lourdeurs administratives. Il faut le dire. 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f1da3068-11d0-11e4-befc-d...

Que dire de plus. Tout a été dit. Il suffit de le faire. Il faut être dans l'action. Il n'y a rien de socialiste dans la volonté d'accélérer les choses. Je dirai même que c'est peut être une des meilleurs idées que l'on a eu en Suisse depuis 15 ans. Prêter attention à ces querelles ne rapproche pas de la réalité du terrain. N'oublions pas que nous entrons dans l'ère des élections et donc au festival du mensonge ou festival de l'immobilisme.

 

Les commentaires sont fermés.