27/05/2015

Cuba avant Castro

La corruption vous gêne-t-elle ? Les détournements d'argents, les emplois fictifs ne vous dérangent-ils pas ?

A voir le nombre de reprise de justice dans certain gouvernement, de droite comme de gauche, les citoyens sont prêts à faire confiance à nouveau à des organismes d'associations maffieuses. C'est trop fort ce que je dis ? Vous m'étonnez ? Pourtant n'êtes-vous pas des millions voir des milliards a regarder le football à la télévision ? Vous savez cette autre organisation maffieuse sportive. Celle qui vante que la construction de stade pour le sport et qui finissent par être complétement vide. (vive le gaspillage libéral). Concernant le football, le feuilleton est en plein cours des arrestations ont eu lieu ce matin.

Mais quel est le rapport entre Cuba et la corruption ?

Le rapport est simple. Je me suis demandé quelle était la situation à Cuba pour qu'un mec comme Castro aille faire une révolution. Le but étant, si on lit bien le titre de comprendre la situation en place qui a mené ce pays vers le communisme. Car on y va pas tous seul. La réponse n'a pas tardé à m'être donné.

Cuba était une réservoire de ressources pour les USA. C'est aussi un pays qui a souffert des différentes émigrations, dû par l'esclavagisme. Parlant de migrants, il se trouve qu'historiquement, les catholiques et les juifs allant aux USA pour émigrés étaient rejetés, du fait que la population étaient à majorité protestantes. Dès lors, italiens siciliens et juifs ont constitué des mafias pour se protéger. Les USA par la suite utiliseront des mafieux dans leur guerre contre communisme en blanchissant, d'ancien nazis. Ce qui est drole contenu du fait que James Burnham travaillera pour elle en tant qu'expert. Le sujet est vaste on pourrait s 'y étaler longuement.

L'économie de Cuba  a été très souvent été vantée avant Castro. Cependant, les gens y étaient illétrés. Le PIB avait beau être bon, des salaires minimums avaient mis en place, la réalité n'était pas celle-ci. Par contre Cuba était une plaque tournante pour :

  • les trafiques de drogue
  • maison de jeu
  • prostitution
  • blanchiment d'argent
  • Repère de la mafia

Il était même dangereux de ballader en ville tellement que le pays n'étaient plus stable pour des gens normaux.

"La Havane, la capitale, est une ville à la fois libre, dynamique et corrompue : le taux d'analphabétisme ne dépasse pas 10 %[26] et il existe une classe moyenne relativement importante. La culture et la presse sont libres et dynamiques : ainsi, en mai 1958, le journal Libertad n'hésite pas à publier les photographies des rebelles torturés et assassinés par le régime de Batista[32]. Les maisons de loteries et de prostitution, les night-clubs et les casinos y sont nombreux. La ville devient la capitale latino-américaine de la prostitution et environ 300 000 touristes américains y affluent chaque année[26], d’où son surnom de « bordel de l’Amérique ». La mafia a la mainmise sur l'organisation de ces tripots de luxe organisés pour des clients étrangers, y achemine un renouvellement de filles pauvres venues des provinces rurales cubaines, et parvient presque par son entrisme, dans le milieu des années 1950 à installer à Cuba, par le clientélisme des élites au pouvoir, une territorialisation comme elle n'en a jamais bénéficié[33]."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Cuba

 

Vous remarquerez que je pose les faits. Je ne parle pas des problèmes en amont avec l'amendement Platt. Je pense surtout que la situation, tel qu'elle était à ce moment là, ne devait pas être vivable pour la population. Le triste destin de ce pays, n'est pas le fait d'une idéologie, mais d'un ensemble de données. Si la situation avait continué, Cuba serait aujourd'hui un pays totalement mafieux qui peserait très lourd dans l'économie mondial. Mais au détriment des plus pauvres, ce qui n'est pas vraiment différent d'aujourd'hui. Concernant Cuba, je continuerai ni à soutenir ce régime, ce que je n'ai jamais fait, et ne soutiendrait pas non plus les USA car malheureusement, ils ont leur par de responsabilité dans ce tournant historique. Laissez faire la mafia et soutenir une dictature, qui assassinait et torturait, la suite logique a été que la continuité avec une couleur différente. Alors pourquoi serait-il juste d'en soutenir une et de rejeter l'autre ? Voilà ou la question se pose.  

 

 

Les commentaires sont fermés.