03/06/2015

Fin de la collectcte des données téléphonique par la NSA

 

Je pense que vous avez remarqué, tout comme moi, tout ces défenseurs de la liberté! Dans leur combat, il est plus facile d'aller voir chez les autres ce qui s'y passe plutot que chez soi. La France a bien du instaurer une dictature impériale, via Napoleon pour accéder à des droits fondamentaux. Dans tous les cas, ce ne sont pas vraiment les pays occidentaux qui ont apporté la paix ou la démocratie ailleurs.

Aujourd'hui, le monde a bien changé et la liberté à quelque peu évolué, bien que la liberté d'expression reste une utopie en Europe. Les USA, le lendemain du 11 septembre, avait déjà préparé le patriot act, qui, on peut le dire a été à peine lu. Les conséquences de ce dernier sont encore visibles. Entre les enfants qui se retrouvent sur des listes noirs (pour terrorisme) ou les écoutes téléphonique, on ne peut que se demander si les pères fondateurs auraient voulu cela. La réponse est clairement non. Et pour cause voici une aventure arrivée à un monsieur d'un certain age  aux USA.

Ce monsieur appellons-le Alan. Alan est un monsieur comme tous le monde. Il est américain et vit aux USA. Bien entendu, il a une opinion sur la vie et sur son gouvernement, ce qui est bien son droit, habitant la Terre des libertés. Un soir, alors qu'il est au téléphone avec un ami, il émet une critique sur le gouvernement américain. Il trouve que sur un sujet, ce dernier n'aurait pas du faire comme ceci. La discussion se poursuit et se termine sans aucun souci. Mais voilà que le lendemain, notre cher Alan reçoit la visite du...FBI...oui rien que cela. La raison ? "vous avez mal parlé en mal du gouvernement". Alan est sidéré. Oui j'ai parlé en mal sur des positions mais cela ne fait pas de moi un terroriste. Finalement, Alan s'en sort. Mais quel fut le choc pour ce vieux monsieur de constater qu'il vit en liberté surveillé. C'est à se demander si Monsieur Burnham, ex consultant de la CIA et ex socialo-communiste, n'a pas donné tiré cette idée de Staline et la refourguer aux USA. Dans tous les cas, la situation actuelle n'a rien à envier à la terreur rouge.

Aujourd'hui Snowden, l'ennemi public numéro des USA pour avoir dit la vérité, est obligé de vivre hors de son pays. Par contre son action a enfin permis une chose : de passer du patriot act au freedom act. L'une des conséquences, la fin de la collecte des données téléphoniques de millions d'américains. On salue cette avancée pour ce pays qui a reculé en matière de liberté le 12 septembre 2001.

 

Les commentaires sont fermés.