13/07/2015

L'Europe communiste contre la Grèce démocrate

Revenant tout juste de Crète, j'ai pu prendre la température local de ce que veulent les gens.

Ils veulent l'Europe, comme je la voudrai mais qui n'existe pas. A entendre les gens parler, qui ravivent les peurs d'un autre siècle, il semblerait que la Grèce est devenu un pays communiste, marxiste, dictoriale avec sa classe dirigeante qu'il faut aduler.

En fait, en y regardant de plus près, on se rend compte que la vieille génération fait agir sa peur sur les citoyens. Cette vieille génération d'incapable qui a proliféré la corruption à tous les étages. Cette vieille génération incapable de voir ou de sentir la sodomie économique. Libre à eux. L'Histoire a bien cela de magique : les majorités ont souvent montré leur aveuglement.

Le résultat comme je le disais est un résultat qu'il faut prendre en considération. Le cheminement pour mettre fin à cette dichotomie d'après guerre, depuis 1945 est réellement obsolète. On brandit encore les fantomes du passé. Car l'Europe, en tant que telle, agit bel et bien comme un bureau rouge communiste. Elle favorise l'évasion fiscale des plus riches et voulant faire payer les plus pauvres. Soit, c'est tout ce que j'attends ; la formule chimique est plus que connue et le résultat d'une simplicité. L'Europe a peur de la nationalisation alors elle pousse à la privatisation, ce qui enlève encore des revenus. Sur place, la population, tout bord confondu, l'a très bien compris, l'Europe protège ses lèches bottes, comme le communisme protégeait ses cadres. Il est drole de voir que personne n'a eu peur de Barroso à la tête de la commission européenne (ex maoiste)...normal toujours deux poids deux mesures. A cette heure les coupables grècques sont l'Eglise, et les proches des anciens au pouvoir.

Commentaires

Ben voyons. Maintenant c'est Tsipras le démocrate et les Européens des communistes. Tous ces mensonges et ces contre-vérités nous font comprendre les montées du fascisme dans les années 30. Qui seront les Juifs, les boucs émissaires ? Je vois assez bien les Suisses dans ce rôle, malgré les efforts trop tardifs il est vrai de nos banques...

Écrit par : Géo | 13/07/2015

"Ben voyons. Maintenant c'est Tsipras le démocrate et les Européens des communistes. Tous ces mensonges et ces contre-vérités nous font comprendre les montées du fascisme dans les années 30. Qui seront les Juifs, les boucs émissaires ? Je vois assez bien les Suisses dans ce rôle, malgré les efforts trop tardifs il est vrai de nos banques..."

Petit quizz ?

Y a t il eu plus de nationalisatsion ou de privatisation ?

Personne n'est capable de relever ce problème de fraude! 5 milliard (sachant que le dernier paiement devait etre de 1,2 milliard il me semble).
Donc conclusion :

-cessons la mauvaise foi
-cessons de faire peur aux gens comme dans les années 50 à 90
-vivons notre temps

Ce type de peur revient à écouter ma grand mère qui parlait de sa mère et qui avait une orange à Noel. Ca a existé mais plus d'actualité.

Comme vous le dites, efforts tardif de nos banques...j'irai plus loin. Le journaliste grecque qui a révélé les fraudes fiscales a été condamnné d'avoir fait cela. Normal, il ne faut pas se frotter de trop près aux proches du pouvoir. Est-ce ma faute si l'Europe préfère défendre le copinage qui coute qui aux contribuables. Non donc assumons. Tsipras ou un autre, la situation est toujours la même...il y a des fraudeurs et l'Europe les protège!

Écrit par : plumenoire | 14/07/2015

Il faut arrêter avec le simplisme, c'est le plus grand danger qui menace l'humanité. Prenez l'exemple de l'Ukraine et la Russie. Y a t-il un camp du bien et un camp du Mal. Évidemment que les banquiers et l'UE ont fait beaucoup d'erreurs ou pires. Il n'empêche que la Grèce n'aurait jamais du se trouver dans la zone euro. Et quand on fait des erreurs, tant de la part des uns que des autres, il faut en subir les conséquences.

Écrit par : Géo | 14/07/2015

surprenant! après ce coup de boomerang de l'Eurogroupe au gov grec,

semble possible que l'opinion européenne chavire et s'élève contre

ce qui ne serait signé qu'en faveur du FMI & marchés financiers

Écrit par : genevois déshérité | 14/07/2015

@Géo

"Il faut arrêter avec le simplisme c'est le plus grand danger qui menace l'humanité"
Ah oui c'est vrai...c'est normal que le peuple Suisse paie pour les conneries des subprime de l'UBS... Le plus grand danger qui menace l'humanité... c'est la réplique de quel film de série Z ? Je mettrai cela sur le compte du fait de grandir dans un pays ou l'on vous dit depuis petit de faire des réserves car l'ennemi rouge est là. La menace était réelle, à l'époque (et encore je ne pense pas vu les peines du monde que l'URSS a eu dans certaines branches de recherches) Cette menace a simplement conduit à une conséquence pour le subconscient et de grandir dans la peur. Il est imortant de découvrir ses traumatismes afin de ne pas les refiler aux autres. La peur est définitivement le coté obscur de la Force!


"Y a t-il un camp du bien et un camp du Mal" on a dépassé cette dichotomie simpliste.
"Évidemment que les banquiers et l'UE ont fait beaucoup d'erreurs ou pires."
Oooh pas de quoi s'affoler quelques erreurs... je rirais bientot en voyant ce à quoi à conduit cette naïveté.
"Il n'empêche que la Grèce n'aurait jamais du se trouver dans la zone euro."
C'est l'arguement le plus entendu et le plus vide de tout sens. Sachez que les gens qui vivent en Europe (moi y compris) sommes favorable à une Union Européenne, mais pas sous cette forme. Les grecques à ce que j'ai discuté (avec des employés et chef d'entreprise) sont pour l'Europe mais pas de cette manière. Il est facile de vivre dans le soi-disant meilleur pays du monde et de poser un jugement facile rapporté par la télévision.

En conclucion il faut arrêter non pas le simplise, mais tout simplement d'être SIMPLET!

@genevois déshérité

"surprenant! après ce coup de boomerang de l'Eurogroupe au gov grec,

semble possible que l'opinion européenne chavire et s'élève contre

ce qui ne serait signé qu'en faveur du FMI & marchés financiers"


C'est exactement cela...laissons le bateau chavirer...l'Allemagne ne lui reste plus beaucoup de temps pour donner encore le change en Europe...gentiment on se rend compte que ce pays n'est pas mieux que les autres (en plus de jouer contre les autres). Vous les verrez tot ou tard raler quand on parlera de leur nombre d'heures de travail, qui n'est pas si éloigné de la France).

Écrit par : plumenoire | 14/07/2015

" L'Europe a peur de la nationalisation alors elle pousse à la privatisation "

ça peur de la nationalisation ça pousse à la privatisation et l'Europe serait communiste? c'et quoi votre prochain billet. Le Venezuela dirigé par les libertariens qui veulent tout nationaliser?

D.J

Écrit par : D.J | 14/07/2015

La Grèce ne fera plus rien, désormais, sans soumettre ses intentions, initiatives, visées ou projets aux Maîtres de la Communauté Européenne qui, selon, donneront ou non leur aval.

Cette situation "MAIN DE FER"- mise sous tutelle - peut se justifier par la situation de la Grèce jusqu'à Tsipras. Mais, de par les "errements" de ses dirigeants d'avant, cette mise sous tutelle ne risque-t-elle pas de créer un précédent: progressivement, pour l'ensemble des pays ayant adhéré à l'UE, perte de leur souveraineté?

Écrit par : MB | 14/07/2015

détails de la chose, en bref:

ce que l'eurogroupe offre aux grecs, c'est fictivement 80 mia sur 3 ans
contre mise sous tutelle
avec obligation à l'Etat grec de vendre des actifs

sauf que les fonds de ces ventes seront sequestrés et gérés par (FMI?)

juste pour obtenir 100 de l'eurogroup
dont 80 retournent directo et rentrent automatiquement au FMI
soit 20 en prêts de l'eurogroup pour repartir

sauf que
dans le réel les grecs ont besoin d'env 20+7 mia dans les 3 mois
pour redémarrer la machine, alimenter les caisses des banques, relancer leur pib

donc avec ces 20 en prêts, dans 3 mois, les grecs n'ont plus rien


ma part de cerveau disponible de retraité me laisse penser que certains actifs ici n'ont pas de temps à passer sur ce schmilblick

Écrit par : genevois déshérité | 14/07/2015

@MB

A quelque part, la souveraineté a été perdu au profit des marchés financier. Et l'Europe en tant que tel pousse à l'abandon de la souveraineté. Sauf que les derniers événements pousse la réflexion dans un sens. On devient Euroseptique. Mais attention, euroseptique ne veut pas dire que l'on est contre. On est juste contre la direction qu'elle prend. Et en autre cet abandon de souveraineté national enlève beaucoup à la démocratie.

Il y a deux mille ans la fin du monde rimait avec le ciel qui tombe sur la tete, aujourd'hui elle serait moins violente pour les plus pauvres car la fin du monde rimerait avec l'extinction de la bourse.

@genevois

Ou comment apporter des fausses solutions qui désintègrera tout.

" L'Europe a peur de la nationalisation alors elle pousse à la privatisation "

"ça peur de la nationalisation ça pousse à la privatisation et l'Europe serait communiste? c'et quoi votre prochain billet. Le Venezuela dirigé par les libertariens qui veulent tout nationaliser?"

Laissez tomber ce type de sujet beaucoup trop taboo. Ce que je parle a déjà été traité par un journaliste. Votre manque d'information sur le communisme et le stalinisme ne peut vous faire comprendre concrètement de quoi il est question.

Écrit par : plumenoire | 15/07/2015

Vous avez raison, plumenoire.

Ne faudrait-il pas songer à la création d'autres sociétés que celles fondées sur les marchés financiers!

Non plus l'humain au service des marchés financiers
mais des marchés financiers, non "compétitifs déments"! au service de l'humain en nous tous êtres vivants?!

Sans oublier animaux et biodiversité.

Écrit par : MB | 15/07/2015

"Non plus l'humain au service des marchés financiers"

Cela est un fait! Dans ce sens là il faudrait évidemment arrêter d'être esclave d'un système. L'Homme est comme le Mérou dans le pacifique. Il lutte pour ne pas être mangé par le requin tout en essayant de se reproduire. Et d'ailleurs, le requin lui-même (bien que j'en ai peur, merci Spielberg) n'est pas aussi aggressif que le marché.

Oui l'économie doit être au service de l'Homme afin qu'il puisse faire des avancées beaucoup plus rapide. On le sait que malhereusement chacun à son bifteak à défendre et que certaines grosses sociétés (j'ai pas dit toutes) déboursent assez d'argent pour ralentir des progrès afin de continuer à gagner assez d'argent. Donc on préfère ralentir et rester dans l'immobilisme pour des raisons purement financière. La volonté capitaliste propre, et juste, était de capitaliser pour que la société avance. On se rend compte dans beaucoup de milieu que ce n'est plus le cas. On arrive meme à nous faire croire à la nouveau de certaines inventions gardées simplement dans des tiroirs pendant des années.
Apple, avant d'être devenu une secte informatique avait compris l'importance d'être proche des gens et intuitif. Elle s'est transformée en vision sectaire. L'Ipod n'a jamais été une révolution, c'est le meilleur moyen (et intelligent) d'avoir standarsié un appareil au joli design pouvant lire des MP3, ce que des minidisc faisaient aussi d'ailleurs.

Prendre en compte les animaux et la biodiversité serait un plus, par simple souci de survie humaine. Mais il semblerait que la collection de papier soit plus importante. Eh bien soit...un jour on se rendra compte que le papier ca ne nourrit personne.

Écrit par : plumenoire | 15/07/2015

Les commentaires sont fermés.