15/07/2015

Sous la Coupole l'intérêt est-il politique ou financier ?

J'ai beau faire allusion au lobby qui sont de plus en plus présent sous la coupole, l'article de ce jour de la tribune de Genève nous révèle le dessous d'un décor. Sans compter que les variations vont totalement en accord avec ce je pense, les libéraux ne défendent pas les PME contrairement à ce qu'ils veulent nous faire croire.

http://www.tdg.ch/suisse/parlement-engage-lobbyiste/story...

 

Voici quelques chiffres et données de cet article :

 

"382 lobbyistes accrédités en 2011

Sur l'ensemble des «lobbyistes accrédités» en 2011 (382), les partis de droite ont invité 33 responsables de relations publiques au sein de grandes entreprises, selon le registre des personnes accréditées par les parlementaires.

Comme certaines entreprises ou groupes d'intérêt préfèrent financer des agences de communication extérieures pour promouvoir leur cause, des représentants de sociétés de relations publiques, telles que Burson-Marsteller ou Farner, sont une vingtaine à arpenter la salle des pas perdus. La récente affaire Markwalder, embarrassée dans ses liens avec le Kazakhstan, en est l'illustration.

L'USAM, qui défend les PME, est entre les mains de l'UDC Jean-François Rime. «Les intérêts protectionnistes des PME et de l'UDC se rejoignent», souligne le chercheur. Economiesuisse défend les grandes entreprises, mais elle a perdu de nombreux scrutins récemment comme le crucial 9 février.

Les groupes d'intérêts se sont ainsi démultipliés, faisant concurrence aux faîtières plus traditionnelles. «Les enjeux environnementaux et post-matérialistes (qualité de vie, droits de l'homme, aide humanitaire) ont pris une importance croissante», note André Mach.

Le déclin électoral du PRD (actuel PLR) n'est pas non plus anodin. Cela a considérablement déstabilisé les canaux traditionnels d'accès au Parlement pour les milieux patronaux. C'est lui qui historiquement entretenait le plus de liens avec les milieux économiques.

Des outsiders profitent des nouvelles règles du jeu

Mesurer la présence et l«accès des groupes d«intérêt au Parlement ne dit toutefois encore rien sur le degré d«influence ou le pouvoir de ces groupes d«intérêt. L'importance du jeu médiatique permet aussi à des outsiders d'imposer leur vue.

Un des exemples les plus marquants reste l'initiative Minder «Contre les rémunérations abusives», acceptée en votation populaire par 68% des votants en mars 2013. Cette initiative a été lancée par un outsider du monde patronal, Thomas Minder, entrepreneur et propriétaire d«une PME."

 

Pour le reste je vous laisse l'article. Les libéraux sont eux-même laché par les libéraux...ce que je n'arrête pas de dire...mais on dira que je vis sur une autre planète! 

14:42 Publié dans Humeur | Tags : lobby, coupole, berne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.