03/09/2015

La blague du banquier de l'ouvrier et du réfugié

Le banquier, l'ouvrier et le réfugié sont assis à une table avec une boite de 20 cookies.

Le banquier en prend 19 et dit à l'ouvrier " attention le réfugié va voler votre cookie".

Commentaires

et là, l'ouvrier lui dit "donnez-moi s'il vous plaît"

et lui répète "donnez-moi 2 cookies s'il vous plaît, ma femme va accoucher"

et répète "donnez-moi 9 cookies s'il vous plaît, j'ai 12 enfants"

et insiste "donnez-moi la fabrique, si vous voulez je fabrique 21 cookies pour vous"

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/09/2015

Hahahaha!

J'imagine tous les humoristes sur scène qui vont avoir des commentaires sur chaque vanne qu'ils sortent!

Alors rentrons dans votre jeu!

Je crois que vous vous êtes trompé c'est pas l'ouvrier, lui il sait qu'il doit la fermer et doit faire attention au réfugié. En fait arrive quelques copains du banquier s'appellent PLR, PDC, PS, MCG et UDC. Et qui disent ceci :

S'il vous plait on va devoir déclarer fiscalement nos jetons de présences et du coup on va perdre notre niveau de vie. On demande 25% d'augmentation. Le banquier est d'accord l'ouvrier pas du tout et le réfugié n'a pas le droit de l'ouvrir. Les 5 copains discutent à voix basse et décide de créer une taxe cookie et l'ouvrier est obligé de remettre la moitié de son cookie.

Voilà la fin de l'histoire qui s'inspire de faits réels, à savoir l'augmentation des députés au Grand conseil. Pas tous le monde peut écrire des histoire en se basant sur des faits réels!

Un conseil, ne publier pas la fin de l'histoire sur FB elle risque de ne pas avoir de succès, elle n'est vraiment pas drôle!

Écrit par : plumenoire | 03/09/2015

c'est ça, rigolez ! mais faut voir l'ouvrier, qui s'est trouvé des assoces qui se sont trouvé des roumains euh bulgares euh des sous-traités de Vinci au Ceva

sinon côté pub, vous avez le pignon en main, non?

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/09/2015

toujours et encore la blague d'inspiration de faits réels

l'ouvrier hoste le réfugié et lui dit: voilà je te montre comment ça se fabrique les cookies, et tu m'en fait 23 par heure

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/09/2015

YO PLUMENOIRE
T'AS TOUT COMPRIS DU TRUC DE TON SUJET
QUAND TU CHANTES

"Je crois que vous vous êtes trompé
c'est pas l'ouvrier, lui il sait qu'il doit la fermer"

là en BD, ça dessine sec, chte jure

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/09/2015

La blague du banquier de l'ouvrier et du réfugié
Le banquier, l'ouvrier et le réfugié sont assis à une table avec une boite de 20 cookies.

Le banquier en prend 19 et dit à l'ouvrier " attention le réfugié va voler votre cookie".

La dérision et l'outrance sont parfois des armes redoutables. Votre histoire est grinçante mais tellement parlante !

Écrit par : Michel Sommer | 07/09/2015

@genevois

Désolé mais je ne comprends pas tout de ce que vous dites...

@Michel
L'humour est la carte la plus dangeureuse contre le pouvoir et les idées assassine! Avec cette épée on a arrive à bout de n'importe qui. C'est un peu comme le guerrier de la lumière de Cohelo.

Écrit par : plumenoire | 07/09/2015

de retour, à plumenoire
autrement dit, mise en situation de votre histoire à celle de Genève : nos politiques ont fabriqué les Bunkers, les 2 ont coulé le radeau de l'accueil obligatoire de réfugiés

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 08/09/2015

Les commentaires sont fermés.