22/12/2016

Asile 2016 : certain bloggeur déclarait qu'il y aurait 100'000 personnes !

Bonjour à tous!

Devant la masse d'informations fausses relayé par les médias ainsi que les bloggueurs, j'ai plusieurs fois déconcé les chiffres avancés qui étaient totalement faux.

Après avoir copieuse fermé le caquet de certain à ce niveau, qui n'ont pas osé ergoter, du fait de leur incompétence professionelle en la matière, c'est avec joie que je vous communique les chiffres actuels :

Le SEM annonçait 40'000 arrivées sur le territoire Suisse (et pas 100'000). au final c'est 27'000 demandes qui ont été faites sur le territoire. Un chiffre qui fera du mal à tout les haineux anti étrangers qui voient leur arguements voler en éclat.

Sur le canton de Genève, cela se traduit par 150 personnes sur le canton. Déclaration officielle de l'Hospice Général.

Dès lors, je me suis demandé si nous n'avions pas des étrangers qui faisaient de la propagande chez nous ; parler de 100'000 c'est de l'exagération "marseillaise". Donc seriez-vous aussi un migrant économique de France réfugiés en Suisse qui avancent des chiffres faux ? Dans tous les cas, si on compte sur ce genre de personnes pour faire avancer la science, on a meilleur temps de compter sur ce jeune tchéchenne réfugié en Suisse qui fait actuellement ses études et qui je pense c'est définitivement mieux calculer que nos chers haineux.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année ; je pense qu'un ultime billet viendra. Pourquoi ne pas sauter sur l'occasion de la fin de la théorie du ruissellement remis en cause (enfin) par des économistes et notamment le FMI. En résumé lorsque les riches s'enrichissent la croissance diminue mais quand les ménages (des gens normaux) augmentent, la croissance augmente. Comme quoi c'est pas les riches qui créé de la croissance et de la richesse. C'est les ménages en consommant. Il est drole de constater que ceci va en parfaite adéquation avec la bourse. Le cours de la bourse est régit par environ un tiers par les investisseurs et deux tiers par les consommateurs.