23/01/2017

La finance préfère ne pas être utile à la société

Bonne année à tous!

Un peu de retard dans mes voeux et un billet pas publié par manque de temps. Cependant, mon blog n'est pas tenu à être à jour, l'actualité prenant le relais!

Aujourd'hui je vous partage un excellent article du 24 heures, ou Marc Chesnais, professeur d'économie (et il me semble) ancien responsable au SMI, fait état de la situation actuelle financière. Ce dernier étant un professionnel de la branche nous sommes loin de théoriciens de l'économie.

Ce dernier nous décrit exactement ce dont j'ai parlé l'année dernière. La dérégulation du système financier. Les outils mis en place ne fonctionnent pas et qu'au final, la finance se fout pas mal du fonctionnement de la société ; il n'y a qu'à voir que la plupart des gouvernements, nomment très souvent d'anciens employés de banque privées, qui agissent toujours au final pour le bien de leurs anciens employeurs et pas pour la collectivité. Les Banques ont compris depuis 2008 qu'elles pourront prendre tous les risques qu'elles voudront, le contribuable sera de toute façon là. Le contribuable doit servir cet intéret supérieur qui est l'économie. Mais si encore c'était pour se rendre service pourquoi pas ; sauf que ce n'est pas le cas. Au final monsieur tout le monde se doit de travailler et de payer pour l'amour de la nation ou de l'économie... les techniques de communication étant les memes que dans le communisme. Le paradigme du néo libéralisme est en phase de rejoindre le paradigme du communisme.

Par contre ce qui change violemment c'est qu'avant il était possible de dire que c'est la faute de la gauche. Or la gauche ayant adopté un discours néo libéral, vide de sens et d'intérêts pour la collectivité, on comprend pourquoi Manuel Valls s'est pris une baffe. Alors que certain s'érigent en réactionnaire face à la violence, ils oublient que le pays dans lequel ils se trouvent possède beaucoup de choses issue de la révolution et par conséquent de la violence.

En conclusion, malgré que les plus fervents perroquets du système continue de nous recracher des théories qui reste des théories, nous nous rendons compte jour après jour de la gangrène. De plus le pluns intéressant c'est que l'on trouve de plus en plus de gens se caractérisant hors étiquette de parti politique. Ce simple fait annonce les pochains changements :

- se débarrasser de la génération naïve qui est resté dans la dichtomie capitalisme/communisme

- mieux consommer

- se réapproprier la gestion de sa société par des groupes de citoyens plutot que des gens qui ont trop d'intérêt.

http://www.24heures.ch/economie/argentfinances/La-finance...

Le meilleur est toujours à venir ! Bonne année!

Commentaires

Comme la justice en fait!

Écrit par : Dominique Degoumois | 30/01/2017

Répondre à ce commentaire

Les simples citoyens cher monsieur ont deux groupes d'ennemis, en 1 (délinquants/mafieux) et en 2 (politiques/justice/polices/finance/services sociaux) Ce deuxième groupe défend et protège le premier groupe, contre nous les simples citoyens!

Écrit par : Dominique Degoumois | 30/01/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Dans l'ensemble c'est à peu près cela mais j'irai plus loin et je replacerai certaines choses.

1.- les hommes politiques qui nourrissent le conflit d'intéret
On le voit avec les assurances (et par expérience je peux le dire qu'on fait avaler n'importe quoi)

2.- la finance qui endette les pays en les poussant à faire des emprunts que nous ne pourrons jamais rembourser pour la simple et bonne raison que notre système a besoin de dette pour vivre. La crise de 2008 a permis à ce que les banques minimise leur perte grace aux citoyens

3.- la justice/police car lorsqu'on voit certaines sentences ou affaire on se demande qui sont leur propre garde fou et en France c'est devenu légion de connaitre un juge

4.- pour les services sociaux c'est autre chose. je suis pour l'abolition des services sociaux. Mais pas une abolition pure et dure maintenant. Non pour l'abolir il faudrait ne plus en avoir besoin. C'est exactement le meme système que les associations. Une associations existe pour palier un problème que la société et ses politicien sont incapables de gérer. Malgré tout un suivi pour certaines personnes est nécessaire ; or le vrai souci du service social c'est qu'il n'y a aucune volonté à faire sortir les gens du système. Ca rappelle l'Anglettre de la révolution industrielle. L'Eglise aidait les pauvres jusqu'au jour on leur a interdit. L'Etat s'est substitué à l'église (je ne défends pas l'église), pour qu'en définitive l'Etat donne des taches aux pauvres (sorte de travaux d'intéret général) en échange de nourriture.

Evidemment l'anarchisme née en Angleterre à cette période a beaucoup lutté contre. Le syndicalisme vient de là. A l'époque le syndicat avait pour role d'instruire les ouvriers afin qu'ils soient, dans l'absolu, capable de diriger leur propre usine (ce que beaucoup de patron de l'époque ont vu d'un mauvais oeil). Les syndicats de nos jours ne sont plus qu'à la botte du système et n'aident personne. Les quelques manifestations sont utilisées uniquement pour justifier leur existence.

En conclusion, le système a ses propres défenseurs (justice, police etc.) mais il existe un autre défenseur du système. Dans le film Matrix on le verrai comme un agent "smith". Monsieur tout le monde qui est pret à défendre corps et ames le système et qui ne peut oser remettre en question le monde dans lequel on vit, car à quelque part, c'est une sorte de péché.

L'espoir réside dans le fait que les choses vont malheureursement de plus en plus mal et qu'il semblerait que dans ces moments là la culture est plus forte que jamais et les gens de moins en moins enclin à se laisser faire. Ce qui arrive en ce moment.

Écrit par : plumenoire | 31/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.