30/03/2017

La police et ses privilèges : et bien dansez maintenant !

Ce billet n'est pas un coup de gueule! Ce billet n'est pas non plus un règlement de compte ; mais presque.

Il y a de cela 3 ans, un simple oubli d'abonnement de bus à la maison m'avait conduit à un controle d'identité avec une patrouille de police (ce que je trouvais tout à fait normal). Cependant, le contrôle avait été mal effectué ; un problème de procédure je dirai même. Ce banal controle d'identité c'était transformé en fouille, ce qui m'avait fortement étonné. Etais-je en état d'arrestation ? non. Alors pourquoi ? Et surtout pourquoi l'agent m'a demandé de vider mes poches dans un ordre préordonné "veuillez vider vos poches, drogues, clés etc." Lui ayant posé la question poliment sur la raison de la fouille corporel, alors que j'avais simplement oublié mon abonnement de bus, je pense que ma couleur, malheureusement, avait pris le dessus. De plus le policier en question avait ajouter que la fouille était nécessaire car c'est comme ça que certain policier ne rentre pas chez eux le soir. Donc en résumé, moi tout seul, face à 4 contrôleurs TPG et 4 flics j'étais potentiellement dangereux, pour un simple controle d'identité (alors que j'avais coopéré calmement).

Je vous passe les détails de l'échange que nous avons eu. Mais sentant que je maitrisais plutot bien mes droits civiques, le policier en question a essayé d'utiliser un arme qui n'a aucun effet sur moi : la peur. "On peut finir au poste monsieur" chose à quoi je lui ai répondu "oui on peut et cela n'aboutira sur rien je n'ai rien à me reprocher et j'ai collaboré. D'ailleurs je me demande sur quel critère vous pensez que je suis dangereux". Ma seule erreur a été d'avoir oublier de prendre les matricules des incompétents en face de moi. Le lundi, je vais au commissariat dans l'espoir de l'obtenir. Bien entendu le collègue au commissariat a tenu les coudes de ces potes en me mentant ouvertement (oui un officier qui a prêté serment qui ment) "il n'y avait jamais eu de controle à cette heure là". Il avait d'ailleurs ajouté (avec un petit sourire) que si je voulais aller plus loin il fallait que je m'adresse à Mme Bonfanti.

En lisant ce petit article du matin et les déclarations des syndicats de police sur leurs problèmes, je n'ai eu aucune empathie car leurs problèmes sont les problèmes de beaucoup d'autres personnes. C'est juste qu'ils sont les derniers à avoir pu conserver des PRIVILEGES, comme la noblesse sous Louis XVI. Maintenant c'est terminé! Et puis c'est un autre arguement dans mon sens : il faut revoir la formation policière et peut être leur apprendre à faire des vraies phrases, avoir du bon sens, et de l'entregent! Je ne vais pas vous plaindre et je vous recommanderai maintenant de danser.

http://www.lematin.ch/suisse/maudet-police-desamour/story...

 

11:16 Publié dans Humeur | Tags : police, maudet, genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.