05/08/2015

Le feuilleton des Guignols ou comment Boloré incarne la non-culture actuelle.

Pas plus tard que ce matin, j'ai du consoler via mon blog les sanglots de Monsieur Jordan. Oui je suis un type abjecte, qui est contre la publicité. Les grands responsables des grandes sociétés sont des gens tellement gentils qui oeuvrent pour nous donner les meilleurs programmes! Il n'en est rien. La seule culture qui fonctionne c'est quoi ? La télé-réalité ! Montrer la médiocrité des gens pour se faire de l'argent et se rassurer à se dire je ne suis pas si "débile" que cela. Mais revenons sur le feuilleton des "Guignols des l'info" (Gdi)

Rappellez-vous on nous disait, il y a quelques temps que les scénaristes des Gdi on été remercié. La propagande parlait d'un scandale au niveau salariale. 35'000 euros de salaires! La machine était lancée avec cet arguement si pauvre. Mais que nous a t on révélé par la suite ?

Une proposition a été faite à Gad El Maleh et Florence Foresti pour reprendre la tranche horaire de 10 min, payée 5 000 000 Euros ! Rien que ça. Gad a du se rappeller de la publicité pour cette banque passée maitre dans l'organisation mafieuse, LCL, qui a fait un flop au point ils ont rectifié le tir.

Mais ces changements cachaient encore autres choses : la censure !

L'interventionnisme de Vincent Bolloré dans Canal + a pris une autre dimension suite à une enquête de Mediapart. Le patron de Vivendi serait intervenu pour empêcher la diffusion d'une enquête sur le Crédit mutuel, banque dont il est proche, qui devait être diffusée en mai sur Canal+, affirme Mediapart.

Initialement programmé le 18 mai dans "Spécial Investigation", "ce film contient plusieurs révélations embarrassantes" pour le Crédit mutuel, banque avec laquelle Vivendi a de "nombreux liens d'intérêt", écrit Mediapart, partenaire de l'enquête.

Selon Mediapart, Vincent Bolloré a télephoné au directeur général de Canal+ d'alors, Rodolphe Belmer (évincé depuis), pour "faire valoir ses liens d'amitié avec Michel Lucas, le patron du Crédit mutuel" et la décision a été prise de ne pas diffuser le film.

Au même moment, Vivendi annonçait (le 12 mai) le lancement d'une OPA amicale pour prendre le contrôle total de Canal+, opération copilotée et garantie par le Crédit mutuel, via sa filiale CM-CIC Securities.

Cité par Mediapart, Jean-Pierre Canet, rédacteur en chef du documentaire et membre de la société de production KM Prod, a dénoncé cette censure.

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20150802.OBS3570/...

 

Parler de revenus publicitaires, alors que l'on y connait rien, lire ce qui se passe en réalité dans nos chaines de télé donne la puce à l'oreille. Pour ma part je ne vais pas défendre quelqu'un qui dit qu'il n'a pas assez d'argent et surtout un mec comme Boloré. Selon certain, on a l'impression que l'on vit tout juste avec de la publicité, ce qui est totalement faux. Vous n'avez pas idée de l'argent brassé et surtout encourager cela, encourage l'information de mauvaise qualité. On a pu le voir avec le 20min, le matin bleu ou autre Metro. Décidément certain sont nés sous le signe de la médiocrité.

 

30/07/2015

Bienvenu dans le monde de la publicité !

S'il y a bien quelque chose qui m'a passionné un temps, c'est bien la publicité. Je n'avais pas de difficultés à trouver des slogans ou vendre quelque chose. Plus tard j'ai poussé le vice à en faire un diplôme en cours du soir.

Tout d'abord la première chose que l'on nous dit c'est que la publicité c'est créer du rêve. On suscite les sentiments des gens pour les convaincre d'acheter un produit. Bien entendu, comme nous sommes de bonne personnes honnêtes dans un cours théorique, on imagine que le produit est de bonne qualité. Dans la vraie vie, ou monde des bisounours pour les naïfs, vous savez pertinemment que tel produit ne fait les miracles qu'il déclame. J'ai toujours été amusé par les pubs de lessive ou l'on trempe le linge dans l'eau il en ressort lavé. On peut le prendre avec humour mais parfois il faut le dire, c'est de la publicité mensongère. Au cout de la publicité, ne serai-il pas judicieux de faire un meilleur produit ? Non on s'en fout car notre société est cotée en bourse.

Tenons prenons Coca cola ; à défaut de vendre du poison que je bois également tout en le sachant, possède un très bon avantage. Leurs publicités sont bien et savent toujours vous toucher juste. La pub du père noël ? n'en parlons plus on connait la vraie histoire du plus beau détournement chrétien depuis Jésus! L'autre avantage et pas des moindres c'est qu'ils ont un capital 3.3 milliards juste pour la publicité. A ce stade, il est normal que nous sommes des milliards de connards à en boire. Je me rassure j'en bois peu et de toute façon la question coca cola se règle petit à petit à la vue des résultats nets en baisse. 

En conclusion, je ne désire pas un monde sans publicité, mais un monde où elles seraient meilleurs et ne suivrait pas un cheminement déjà utilisé. Exemple. Certaines marques qui font leur première pub choisissent la technique "je répète plusieurs fois la pub" (Si je juvabien, c'est juvamine, les sparadras et récemment une nouvelle je ne sais plus). En soit, il n'y presque plus de créativité on empêche une nouvelle génération de percer et on ne se renouvelle pas. Même-là, c'est l'immobilisme.

22/07/2015

Des nouvelles de Sky net euh...de google pardon!

Pour les plus jeunes ou pour ceux qui n'ont jamais regardé un terminator de leur vie, Skynet est une sorte de logiciel de controle de l'arsenal de défense militaire américain. C'est celui-ci qui prendra le controle totale de l'armée et enverra des robots pour tuer Sarah Connor dans le passé.

Je ne m'étalerai pas sur ce film qui était très intéressant à l'époque et qui est devenu une machine à fric sans originalité. J'avais (il me semble par le passé) fait un billet en comparant la société Google avec Skynet. Dans le monde geek, nous sommes unanimes. De la métaphore à la réalité virutelle, skynet existe. Bien que l'on soit des milliers à rêver à travailler dans leur super locaux ou l'on a disposition des salles communes ou de repos dont on nous vend l'image dans les pubs, la discrimination chez eux, quant à elle, n'est pas virtuelle.

Erica Baker l'a su à ses dépens. Alors qu'elle parle salaire avec ses collègues, elle décide de créer un docuement type tableur à partager entre collègue ou l'on peut remplir différents renseignements dont notamment son sex et le montant de son salaire. Elle a pu d'elle-même comparer et se rendre compte que Google n'était une pas une société si belle, toute propre. Pire encore... ces renseignements collectées elle a été remerciée par des collaborateurs d'avoir mis à jour une injustice.  Il y avait effectivement de gros problèmes de disparités de salaire entre homme et femmes. Ces derniers lui ont donné des peer bonuses (prime que l'on peut s'envoyer entre collègues pour avoir commis une bonne action qui équivaut à 150$), sauf que pour les toucher, cela doit être validé par sa responsable. Vous pensez bien que cette dernière n'était déja pas contente qu'un document de la sorte circule. Résultat toutes ses primes ont été refusées. Vous aurez plus de détails dans cet article...j'ai préféré ne pas parler de couleur de peau car cette discrimination devenue normale, parait-il, ce n'est presque plus justifiable, surtout dans un pays qui se revendique être libre et tout le blabla habituel.

Voilà c'était la petite histoire vraie du monde. Sans censure, sans bisounours, sans personne qui osera dire qu'il faut arrêter de tirer sur les grandes entreprises. Mais par contre les grandes entreprise, c'est quand qu'elles vont arrêter de nous prendre pour des cons ?