21/05/2015

Pour arrêter de confondre socialisme et communisme et Stalinisme

Mais qui est James Burnham ?

Il est décrit par wikipedia, comme « sociologue, politiste et intellectuel américain.

C’est homme est connu pour plusieurs choses ;

Communiste à ses premières heures, au sein du « Workers Party of United States », c’est suite à une dissension avec Trotski, qui lui voit en l’Union soviétique « un Etat ouvrier dégénéré, alors que Burnham soutient que le régime est un « collectivisme bureaucratique ». Il est forcé par la suite à quitter le « Workers Party of United States » et  il rompt avec le parti communiste, comme la plupart des socialistes avec la quatrième internationale. Preuve en est que les socialistes ne défendait pas le communiste qu’il y a une vrai fracture. Le socialisme n’a jamais pu être mis en place, puisqu’à chaque fois le totalitarisme fait son apparition. Par la suite il travaillera avec l’OSS (ancêtre de la CIA) puis comme expert auprès de la CIA. Il finira même par obtenir la médaille de la liberté des mains de Ronald Reagan. Wikipedia assure que sa vision à fortement influencé les néoconservateurs américains.

 

L’intellectuel ?

La période dans laquelle il vit est riche d’intellectuels qui voient un avenir pas très serein. Aldous Huxley et son meilleur des mondes, 1984 de Orwell ou encore Bruno Rizzi avec son ouvrage « la Bureaucratisation du monde ».

James Burnham a écrit un livre dans cette lignée qui s’appelle « The Managerial Revolution ». Wikiepedia dira encore qu’il a fortement influencé Orwell, qui lui, homme de gauche et ancien combattant sur le front espganol, critique le stalinisme dans 1984, mais pas que celui-ci. Son inspiration est surtout venue après conférence de Téhéran.

Sauf que si l’on va plus loin l’appellation de James Burnham « collectivisme bureaucratique », n’est pas de lui. Il est de Bruno Rizzi et cet ouvrage qu’il a écrit.

 

Savoir différencier le stalinisme et le socialisme

Voici que Rizzi pense : « …c’est la bureaucratie privilégiée toutes-puissante qui en mains les leviers économiques des moyens de productions collectivisés et s’appuie sur un Etat poilicier pour exploiter la classe prolétarienne et lui fixer sa manière de vivre, dans un système de production planifié, nouveau et supérieur. La nouvelle forme de la force de travail est son achat « en bloc » par la bureaucratie, les travailleurs n’ayant plus «  la liberté d’offrir leur « forcé-travail » aux divers entrepreneurs […] Cette société n’est ni capitaliste ni socialiste, son Etat n’est ni ouvrier ni bourgeois. » GEORGE ORWELL, de la Guere civile espagnole à 1984 de Louis Gill.

 

Burnham reprendra les théories de Rizzi sans jamais le reconnaitre. Mais sa pensée va plus loin que cela. Dans son livre, publié en 1943 (The Managerial Revolution), le capitalisme semble condamné et le socialisme une UTOPIE. On y verra émerger un nouveau type de de société planifiée et centralisée qui ne sera NI CAPITALISTE, NI SOCIALISTE, NI DEMOCRATIQUE, mais qui sera dirigé par ceux qui contrôle effectivement les moyens de de production, les dirigeants d’entreprises, les techniciens, les bureaucrates  et les militaires, que Burham réunit sous la désignation d’organisateurs (manager) […] .  Les nouvelles sociétés seront constitués d’une oligarchie dominant une masse de demi-esclaves. Elle donneront lieu à la formation de super-Etats de vastes dimensions qui se disputeront les parties du monde […]»  GEORGE ORWELL, de la Guere civile espagnole à 1984 de Louis Gill.

L’auteur confirme que ces éléments sont ceux qui en place par le président Georges Bush et en Grande Bretagne par Tony Blair, qui ont inventé la fable des armes de destruction massives.

 

Enfin voici ce que Orwell écrit à propos de Burnham .

« En tant qu’interprétation de ce qui se passe, la théorie de Burnham est, comme on le voit, extrêmement plausible, pour ne pas dire plus. En tous cas les événements des 15 dernières années en URSS peuvent etre expliqués bien plus facilement par cette théorie que par n’importe quelle autre. Il est évident que l’URSS n’est pas socialiste, et ne peut être dite telle que si on donne à ce terme un acceptation différente de celle qu’il aurait dans un tout autre contexte.

Alors à tout les détracteurs qui mélange tout, tout a été dit et il suffit juste de lire l'Histoire pour ne pas faire de confusion, ou alors reconnaitre que l'on vit dans la confusion. On appelle un chat un chat.

04/05/2015

Le révisionnisme du nazisme du socialisme et des dictatures européennes

Après les avoir bien laissé parlé de leur méconnaissance du socialisme, il a fallu que je mette les points du les "i" Qu'est-ce que le socialisme ? Personne ne sait vraiment ce que c'est. Pourtant c'est une menace parait-il encore actuelle. Pourtant si on observe cette check list :

entreprise nationalisée ? non

banque nationalisée ? non

décentralisation de la politique ? non

Ben il est ou votre socialisme ? la réponse est nulle part.

Mais le pire c'est de lire des contes de fées du genre, le parti NAZI était socialiste parce qu'il y avait le mot socialisme dedans. Comme analyse politique et historique, nos petites gens qui ont la vu trop "droite" on peut être oublier de lire les page qui se trouvait à gauche du manuel d'Histoire. Je peux comprendre cette peur mais il faut la surpasser si on veut être juste historiquement

 

Tout d'abord, selon les Historiens et pas des bloggeurs qui refont l'Histoire, l'ouvrage "Mein Kampf" est un livre qui manifeste la volonté d'Hitler de s'imposer comme étant le chef du parti d'extrême droite allemande. Ces hommes de terrains iront jusqu'à investire de manière violente une réunion d'un parti d'extrême droite allemand  dans un café. La victoire sera sans appel dans les journaux. On y parlera du parti d'Hitler mais pas du parti en question qui organisait le meeting.

D'autre part les gros patrons allemands avaient peur du mot "socialisme" dans le nazisme. Goering a su les rassurer du bien fondé de ce mot qui devait juste mettre le trouble dans la tête des gens. Il faut croire que ce problème perdure, il suffit de lire la réécriture de l'Histoire selon certain bloggeurs toujours.

Enfin la situation en Europe en 1936 :

L'espagne est victime d'une insurrection de la part de la droite nationale et qui fera un coup d'Etat contre le gouvernement. Autant le dire c'est un marque de non respect de démocratie que les militaires ont formenté. Le gouvernement fraichement élu par la peuple a été renversé. Mais pour que Franco arrive au pouvoir il avait des alliés et qui étaient-ils ? 

- Le Portugal sous Salazar (mets à sa disposition aéroport plus des soldats, des fabriques d'armes  

-L'Italie qui enverra beaucoup plus d'hommes que l'Allemagne nazi d'ailleurs. Soit 70'000 , soit l'équivalent de 30% des effectifs que possédaient Franco.

-L'Angleterre. Cette dernière fait pression sur le gouvernement de Leon Blum (du front populaire français) afin que la France ne cède pas à l'envoi de force républicaine en Espagne pour prêter main forte aux républicains qui s'étaient retrouvé chassé du pouvoir par le putsch. L'Angleterre ira jusqu'à menacer la France de se rapprocher de l'Allemagne Nazi et de l'Italie si cette dernière soutenai les rebelles. Pour cela d'ailleurs que l'Angleterre reconnaitra le gouvernement de Franco en novembre 1936.

Par la suite, les pays européens ont vu dans ces partis fascistes d'extrême droite, un antidote au problème Russe.Churchill disait "l'antidote nécessaire au poison russe". Et c'est ainsi que le traité de Munich de 1938 naquit et qu'Hitler eu la liberté d'annexer la Tchécoslavaquie.

Tous ces faits ont été relaté par un écrivain qui a fait cette guerre, celle d'Espagne qui y s'est battu et a été blessé. C'est monsieur George Orwell. Son ouvrage "de la guerre civile espagnole à 1984" est un trésor d'informations. Je développerai une autre partie sur le soutien de l'URSS. On y parle clairement que les idées du socialisme sont mortes pendant la révolution Russe et la prise de pouvoir du bolvévisme. Le stalinisme n'étant au final que du Stalinisme.

Alors chez révionniste de l'Histoire, il y a eu les révionnistes de l'affaire Dreyffus, les révionniste des chambres à gaz et maintenant il y a vous les révionnistes de l'Histoire qui voulez faire croire que les dictatures européennes ne sont pas d'extrême droite. Désolé mais même le livre "mein kampf" le dit.

Cela devient génant de reprendre ses ainés sur des réalités historiques.

 

17/03/2015

Le socialisme pour les nuls

Ne vous mépenez pas. Il ne faut pas des années d'études pour en savoir un minimum. Je me suis rappellé d'ailleurs à l'époque ou je siègeais en classe d'économie comment le communisme et le socialisme ont été décrit. C'était pas quelques choses de sympa. Pire encore la tournure que cela prit avec le temps.

Je n'aurai pas la prétention de connaitre ce mouvement mieux que quiconque mais ayant ouvert quelques livres, je dirai plus que le socialisme est une douce utopie plutot qu'une idéologie appliquée. Les exemples de part le monde sont toujours les mêmes. URSS, cuba, corée du nord. Sauf qu'au regard de l'HISTOIRE avec un GRAND GRAND "H" et la soi-disante sicence ramenée toujours par les mêmes, on constatera une chose que je partageais avec eux. Ma méconnaissance du sujet. Ainsi, vous avez pu voir que le seul exemple c'est MARX selon les anti-communismes. Si l'Histoire se réusmait par Marx je m'inclinerai. Sauf que ce n'est pas le cas du tout le cas. Pire encore résumer à cette personne, laisse la porte ouverte à justement à tout les événements tragique. Et pire encore cela montre la pauvreté du savoir. A l'ère d'internet et d'un pouvoir d'achat digne de ce nom, il est possible de se procurer un livre. Sauf que trop peuvent lire avec assez de distance.

On se retrouve avec la même méconnaissance d'une personne qui vit au fin fond de son village et qui n'a jamais vu de noir. Cette personne est excusable à ce niveau. A notre niveau nous avons des arrièrés dans les villes qui distillent de fausses informations. A cela l'insulte est toujours la même, socialo, gaucho etc. Sauf qu'une insulte pas comprise et répétée à tout bout de champ n'a pas plus d'impact qu'un pet dans l'eau.

Hier je parlais de culture et de hip hop, en voila un de courant qui a changé avec le temps. Pourtant scission il y a sauf que pour ceux qui ne connaissent pas il n'y aura pas de différence. Pour ma part je préfère soutenir un mouvement qui a des valeurs contrairement à celui accepté par la société.

Il serait temps de faire des mises à jour qui datent de 1864! Oui certain ont plus d'un siècle de retard!

La première Internationale, ou Association Internationale des travailleurs, fondée en 1864, dont Karl Marx et Friedrich Engels ont été les principaux dirigeants a été dissoute par la suite 1873 à cause (justement) d'insurmontables affrontements entre marxistes et anarchistes dirigés par Bakounine.

La deuxième Internationale ou Internationale socialiste a été fondée en 1889.  Sauf qu'en 1914, la plupart des partis affiliés se sont engagés, aux côtés des partis bourgeois de leurs pays respectifs dans le soutien à l'effort de guerre. Ce qui a été considéré comme une renonciation à l'internationalisme ouvrier. Dès lors, en 1919 une troisième internationale communiste (cette fois) à vu le jour. Les principaux dirigeants furent Vladimir Lenine et Léon Trotsky. Par la suite, cette 3ème internationale devenant trop stalinienne, Trotsky fonde la quatrième internationale en 1938.

 

Voilà pour la mise à jour. Effectivement, il est normal de parler de différents courants de pensée.

D'ailleurs cette époque a vu le jour de groupe politique de droite prenant des noms de gauche.  Les tentatives d'expliquer que le socialisme = nazi est archi faux comme à pu le souligner Dominique Jordan. (je vous cite puisque vous êtes le dernier en date qui en a fait allusion). Plus tard cette technique sera employé par les fachos anglais qui reprendront le terme skinhead qui n'était pas du tout d'extrème droite.

Tenez un bel exemple de ces transformations internes.

Connaissez vous la JONS (Juntes d'offensive nationale syndicalistes), minoritaire au sein de l'extrême droite espagnole se regroupe en 1934.

"L'utilisation du terme "syndicaliste" pour désigner cette organisation fasciste n'est pas une exception. Elle est tout aussi trompeuse que celle du terme "socialiste" dans le nom du parti dirigé par Hitler, le parti national-socialiste des travailleurs allemands, ou parti nazi. Cohérent dans cette attitude de mystification populiste d'une extrême droite prétendant se réclamer de la classe ouvrière, Hitler avait même, dès son arrivée au pouvoir en 1933, décrété jour férié internationale des travailleurs du 1er mai"

Louis Gill (qui n'est pas marxiste mais plutot Trotskiste)

 

Il est habituel de voir l'extrême droite se réclamer du peuple. (la gauche aussi je le conçois) Mais dans ce cheminement, on peut clairement voir que nous prenons la même direction. Le manque de justesse dans les propos ou les préjugés déjà fait sans même se renseigner, sonne le glas d'une société trop imbus d'elle-même. Car au final, tous mes détracteurs, à part penser que je suis communiste (faux) ou socialiste (faux) ne connaissent rien à ces mouvements distincts (puisqu'ils les relient dans une sorte de maxi bazar à 1$, je peux comprendre ils ont été élévé comme cela). C'est oublier la scission ou comme oublier le schisme religieux avec les orthodoxes ou les réformateurs (lutherien, calviniste etc.) Aucune crédibilité!

A trop vouloir mettre dans des cases on s'y perd et au final on dit n'importe quoi. Quoique sur le sujet du socialisme, mes détracteurs n'étant pas renseignés, je peux comprendre qu'ils prennent des raccourcis. Alors je leur dirai, gaffez-vous de vos raccourcis, car viendra le temps ou l'on raccourcira.