13/02/2017

Le monde fictif de la politique!

Aussi loin que je me rappelle, la première fois que je me suis intéressé à la politique, voilà les mots techniques que j'appris dans les années 90 :

  • emplois fictifs ;
  • détournements ;
  • mis en examen (à gauche comme à droite) ;
  • des promesses jamais tenues.

20 ans plus tard :

  • emplois fictifs ;
  • détournement ;
  • mis en examen (à gauche comme à droite) ;
  • des promesses jamais tenues.

Je n'ai pas fait de billet sur Monsieur Fillon, car cela n'était pas nécessaire vu le déchainement ; Monsieur Fillon essaye simplement d'être aux normes avec ses collègues.

Il faut noter en matière de promesses non tenues, Trump est le premier qui tient ses promesses (c'est con que le premier qui le fait). Cette élection nous avait fait comprendre que la démocratie était morte du fait que les électeurs allaient voter pour celui qu'ils détestent le moins.

Meme notre chère Suisse en refusant la RIE III, a fini par comprendre que ses politiciens travaillaient pas pour le peuple mais pour d'autres personnes. Le conseil fédéral ainsi que les partis de droite, ont proposé la réforme la plus inutile et qui ne nous ferait en tout cas qu'à pas gagner quelques chose. Cette réforme me rappelle presque une hausse des prestations sociales pour les classes pauvres, sauf qu'elle aurait été pour une autre classe qui ne représente pas du tout le peuple.

D'ailleurs en parlant de représenter le peuple, je ne vois pas en quoi nos politiciens et leur train de vie pourraient nous représenter ? Ne nous cachons pas, ils agissent pour des loobys. Dès lors, entre Fillon sa femme et beaucoup de nos politiciens (incapable de proposer des réformes qui changent les choses) la politique ne serait-elle pas fictive ? Mieux encore, nos démocraties modernes n'aurait-elle pas priscomme mauvaise habitude d'avoir le monopole de l'emploi fictif ?

 

23/01/2017

La finance préfère ne pas être utile à la société

Bonne année à tous!

Un peu de retard dans mes voeux et un billet pas publié par manque de temps. Cependant, mon blog n'est pas tenu à être à jour, l'actualité prenant le relais!

Aujourd'hui je vous partage un excellent article du 24 heures, ou Marc Chesnais, professeur d'économie (et il me semble) ancien responsable au SMI, fait état de la situation actuelle financière. Ce dernier étant un professionnel de la branche nous sommes loin de théoriciens de l'économie.

Ce dernier nous décrit exactement ce dont j'ai parlé l'année dernière. La dérégulation du système financier. Les outils mis en place ne fonctionnent pas et qu'au final, la finance se fout pas mal du fonctionnement de la société ; il n'y a qu'à voir que la plupart des gouvernements, nomment très souvent d'anciens employés de banque privées, qui agissent toujours au final pour le bien de leurs anciens employeurs et pas pour la collectivité. Les Banques ont compris depuis 2008 qu'elles pourront prendre tous les risques qu'elles voudront, le contribuable sera de toute façon là. Le contribuable doit servir cet intéret supérieur qui est l'économie. Mais si encore c'était pour se rendre service pourquoi pas ; sauf que ce n'est pas le cas. Au final monsieur tout le monde se doit de travailler et de payer pour l'amour de la nation ou de l'économie... les techniques de communication étant les memes que dans le communisme. Le paradigme du néo libéralisme est en phase de rejoindre le paradigme du communisme.

Par contre ce qui change violemment c'est qu'avant il était possible de dire que c'est la faute de la gauche. Or la gauche ayant adopté un discours néo libéral, vide de sens et d'intérêts pour la collectivité, on comprend pourquoi Manuel Valls s'est pris une baffe. Alors que certain s'érigent en réactionnaire face à la violence, ils oublient que le pays dans lequel ils se trouvent possède beaucoup de choses issue de la révolution et par conséquent de la violence.

En conclusion, malgré que les plus fervents perroquets du système continue de nous recracher des théories qui reste des théories, nous nous rendons compte jour après jour de la gangrène. De plus le pluns intéressant c'est que l'on trouve de plus en plus de gens se caractérisant hors étiquette de parti politique. Ce simple fait annonce les pochains changements :

- se débarrasser de la génération naïve qui est resté dans la dichtomie capitalisme/communisme

- mieux consommer

- se réapproprier la gestion de sa société par des groupes de citoyens plutot que des gens qui ont trop d'intérêt.

http://www.24heures.ch/economie/argentfinances/La-finance...

Le meilleur est toujours à venir ! Bonne année!

22/12/2016

Asile 2016 : certain bloggeur déclarait qu'il y aurait 100'000 personnes !

Bonjour à tous!

Devant la masse d'informations fausses relayé par les médias ainsi que les bloggueurs, j'ai plusieurs fois déconcé les chiffres avancés qui étaient totalement faux.

Après avoir copieuse fermé le caquet de certain à ce niveau, qui n'ont pas osé ergoter, du fait de leur incompétence professionelle en la matière, c'est avec joie que je vous communique les chiffres actuels :

Le SEM annonçait 40'000 arrivées sur le territoire Suisse (et pas 100'000). au final c'est 27'000 demandes qui ont été faites sur le territoire. Un chiffre qui fera du mal à tout les haineux anti étrangers qui voient leur arguements voler en éclat.

Sur le canton de Genève, cela se traduit par 150 personnes sur le canton. Déclaration officielle de l'Hospice Général.

Dès lors, je me suis demandé si nous n'avions pas des étrangers qui faisaient de la propagande chez nous ; parler de 100'000 c'est de l'exagération "marseillaise". Donc seriez-vous aussi un migrant économique de France réfugiés en Suisse qui avancent des chiffres faux ? Dans tous les cas, si on compte sur ce genre de personnes pour faire avancer la science, on a meilleur temps de compter sur ce jeune tchéchenne réfugié en Suisse qui fait actuellement ses études et qui je pense c'est définitivement mieux calculer que nos chers haineux.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année ; je pense qu'un ultime billet viendra. Pourquoi ne pas sauter sur l'occasion de la fin de la théorie du ruissellement remis en cause (enfin) par des économistes et notamment le FMI. En résumé lorsque les riches s'enrichissent la croissance diminue mais quand les ménages (des gens normaux) augmentent, la croissance augmente. Comme quoi c'est pas les riches qui créé de la croissance et de la richesse. C'est les ménages en consommant. Il est drole de constater que ceci va en parfaite adéquation avec la bourse. Le cours de la bourse est régit par environ un tiers par les investisseurs et deux tiers par les consommateurs.