17/03/2015

Le socialisme pour les nuls

Ne vous mépenez pas. Il ne faut pas des années d'études pour en savoir un minimum. Je me suis rappellé d'ailleurs à l'époque ou je siègeais en classe d'économie comment le communisme et le socialisme ont été décrit. C'était pas quelques choses de sympa. Pire encore la tournure que cela prit avec le temps.

Je n'aurai pas la prétention de connaitre ce mouvement mieux que quiconque mais ayant ouvert quelques livres, je dirai plus que le socialisme est une douce utopie plutot qu'une idéologie appliquée. Les exemples de part le monde sont toujours les mêmes. URSS, cuba, corée du nord. Sauf qu'au regard de l'HISTOIRE avec un GRAND GRAND "H" et la soi-disante sicence ramenée toujours par les mêmes, on constatera une chose que je partageais avec eux. Ma méconnaissance du sujet. Ainsi, vous avez pu voir que le seul exemple c'est MARX selon les anti-communismes. Si l'Histoire se réusmait par Marx je m'inclinerai. Sauf que ce n'est pas le cas du tout le cas. Pire encore résumer à cette personne, laisse la porte ouverte à justement à tout les événements tragique. Et pire encore cela montre la pauvreté du savoir. A l'ère d'internet et d'un pouvoir d'achat digne de ce nom, il est possible de se procurer un livre. Sauf que trop peuvent lire avec assez de distance.

On se retrouve avec la même méconnaissance d'une personne qui vit au fin fond de son village et qui n'a jamais vu de noir. Cette personne est excusable à ce niveau. A notre niveau nous avons des arrièrés dans les villes qui distillent de fausses informations. A cela l'insulte est toujours la même, socialo, gaucho etc. Sauf qu'une insulte pas comprise et répétée à tout bout de champ n'a pas plus d'impact qu'un pet dans l'eau.

Hier je parlais de culture et de hip hop, en voila un de courant qui a changé avec le temps. Pourtant scission il y a sauf que pour ceux qui ne connaissent pas il n'y aura pas de différence. Pour ma part je préfère soutenir un mouvement qui a des valeurs contrairement à celui accepté par la société.

Il serait temps de faire des mises à jour qui datent de 1864! Oui certain ont plus d'un siècle de retard!

La première Internationale, ou Association Internationale des travailleurs, fondée en 1864, dont Karl Marx et Friedrich Engels ont été les principaux dirigeants a été dissoute par la suite 1873 à cause (justement) d'insurmontables affrontements entre marxistes et anarchistes dirigés par Bakounine.

La deuxième Internationale ou Internationale socialiste a été fondée en 1889.  Sauf qu'en 1914, la plupart des partis affiliés se sont engagés, aux côtés des partis bourgeois de leurs pays respectifs dans le soutien à l'effort de guerre. Ce qui a été considéré comme une renonciation à l'internationalisme ouvrier. Dès lors, en 1919 une troisième internationale communiste (cette fois) à vu le jour. Les principaux dirigeants furent Vladimir Lenine et Léon Trotsky. Par la suite, cette 3ème internationale devenant trop stalinienne, Trotsky fonde la quatrième internationale en 1938.

 

Voilà pour la mise à jour. Effectivement, il est normal de parler de différents courants de pensée.

D'ailleurs cette époque a vu le jour de groupe politique de droite prenant des noms de gauche.  Les tentatives d'expliquer que le socialisme = nazi est archi faux comme à pu le souligner Dominique Jordan. (je vous cite puisque vous êtes le dernier en date qui en a fait allusion). Plus tard cette technique sera employé par les fachos anglais qui reprendront le terme skinhead qui n'était pas du tout d'extrème droite.

Tenez un bel exemple de ces transformations internes.

Connaissez vous la JONS (Juntes d'offensive nationale syndicalistes), minoritaire au sein de l'extrême droite espagnole se regroupe en 1934.

"L'utilisation du terme "syndicaliste" pour désigner cette organisation fasciste n'est pas une exception. Elle est tout aussi trompeuse que celle du terme "socialiste" dans le nom du parti dirigé par Hitler, le parti national-socialiste des travailleurs allemands, ou parti nazi. Cohérent dans cette attitude de mystification populiste d'une extrême droite prétendant se réclamer de la classe ouvrière, Hitler avait même, dès son arrivée au pouvoir en 1933, décrété jour férié internationale des travailleurs du 1er mai"

Louis Gill (qui n'est pas marxiste mais plutot Trotskiste)

 

Il est habituel de voir l'extrême droite se réclamer du peuple. (la gauche aussi je le conçois) Mais dans ce cheminement, on peut clairement voir que nous prenons la même direction. Le manque de justesse dans les propos ou les préjugés déjà fait sans même se renseigner, sonne le glas d'une société trop imbus d'elle-même. Car au final, tous mes détracteurs, à part penser que je suis communiste (faux) ou socialiste (faux) ne connaissent rien à ces mouvements distincts (puisqu'ils les relient dans une sorte de maxi bazar à 1$, je peux comprendre ils ont été élévé comme cela). C'est oublier la scission ou comme oublier le schisme religieux avec les orthodoxes ou les réformateurs (lutherien, calviniste etc.) Aucune crédibilité!

A trop vouloir mettre dans des cases on s'y perd et au final on dit n'importe quoi. Quoique sur le sujet du socialisme, mes détracteurs n'étant pas renseignés, je peux comprendre qu'ils prennent des raccourcis. Alors je leur dirai, gaffez-vous de vos raccourcis, car viendra le temps ou l'on raccourcira.

02/05/2012

Les citations du 1er mai

Capitaliste :

 

Le capital, c'est du travail accumulé...

Les vrais capitalistes aux yeux de la science et du droit, sont donc les travailleurs.

Proudhon/De la création de l'ordre dans l'humanité

 

Libre association :

 

La future organisation sociale doit être faite seulement de bas en haut, par la libre association ou fédération des travailleurs, dans les associations d'abord, puis dans les communes, dans les régions, dans les nations et, finalement, dans une grande fédération internationale et universelle.

Bakounine/La révolution sociale

 

Propriété :

Si les hommes parviennent à perdre le respect de la propriété, chacun aura une propriété, de même que tous les esclaves deviennent des hommes libres dès qu'ils cessent de respecter en leur maître un maître.