30/03/2016

RIP vison de Thatcher 1996-2016

Il était une fois, dans un royaume lointain où il pleut tout le temps d’après certain, une reine vivait dans son château et qui n’avait plus son mot à dire sur la politique. La classe ouvrière avait été dispensée d’éducation pendant des siècle, et avait finie par rattraper son retard grâce au socialisme. A ne pas confondre avec un quelconque parti socialiste. Le socialisme syndical avait simplement pour but d’instruire cette classe de paria.

Sauf qu’un jour une dame qui avait le droit de dire ce qu’elle voulait arriva au pouvoir. Cette dame avait de très mauvaises fréquentations. Elle était tellement sensible à l’insensibilité qu’elle a décidé de mettre un place un plan visant à enrichir le royaume. Et c’est ainsi que le domaine des services, comme l’électricité, la poste ou les chemins de fer, qui étaient régi par le royaume ont été ouvert à la concurrence. L’idée était de multiplier les acteurs sur le marché afin de faire baisser le cout des factures en faisant jouer le mythe de la concurrence.

Au début ca a tellement bien marché que les promesses ont suivi. Sauf que la vision de cette femme et de ces amis ne dépasserait pas le temps de sa vie. Cette sorcière, car s’en était une, fini par mourir. Aujourd’hui 20 plus tard, les promesses n’ont pas tenu la route. Les gens paient 40% plus cher leur électricité au point que des personnes du peuple n’ait plus la possibilité de se chauffer.

Pire encore dans un royaume lusitanien c’est 30% des gens qui ont des problèmes. Je tairai l’arnaque faite par le gouvernement de ce meme pays qui a poussé les gens à acheter des panneaux solaires qui se sont retrouvé ruiné à cause d’une clause de rétractation de l’Etat. Ce qui bien sur a été soufflé par les mêmes gens infréquentables que ceux fréquentaient ladite sorcière.

En termes de marché, l’énergie nucléaire n’est absolument pas un secteur ou l’on fait fortune, sauf si on a un moyen de forcer les gens de consommer nucléaire. Personne n’oserait ouvrir une centrale pour faire de l’argent. C’est beaucoup trop couteux et long et cela dure 40ans (en fait c’est censé durer ce temps-là). Les technologies ont beau être là en réalité un lobby bloque cette avancée, au niveau européen et fait tout pour qu’il n’y ait pas de réglementation. En gros, on veut libérer les entreprises en les laissant se comporter comme au far west en 1870. Dès lors, la grogne monte dans toute l’Europe et les défenseurs de cette ancienne vision peinent à argumenter avec leurs « chialeries libéralo-capitaliste » chialeries équivalentes aux chialeries socialo-communistes d’ailleurs.

En 1996, c’était l’ouverture à la concurrence en Angleterre pour quel résultat ?

  • Les trains sont majoritairement en retard donc baisse de la qualité du service.
  • La poste a du mal à délivrer des lettres dans les délais…(un courrier envoyé en octobre ou novembre de Brighton en direction de la Suisse est arrivé en décembre)
  • La téléphonie cultive le mystère que cela coute cher alors que pas du tout.

En fait dans ce constat ce n’est pas de dire que le capitalisme c’est de la merde c’est de démontrer que malheureusement les grande entreprises ont beaucoup de mal à développer la qualité du service. Logique puisqu’ils sont plus intéressé à payer leurs actionnaires. Les français savent de quoi je parle. EDF déficitaire (je ne sais plus en quelle année) a réussi à payer des dividendes à ses actionnaires…donc le peuple qui paient. Comme toujours vous me direz… c’est une forme de communisme commercial en fait. La libre concurrence dont on parle n’existe pas dans ces sphères puisque l’on a plus tendance à voir des groupes d’entreprises qui possèdent à plusieurs un monopole. D’ailleurs, plus d’un économiste ne contredira pas le mythe de la concurrence.

Voilà la triste réalité, le libéralisme de Thatcher n’a pas libéré comme on l’avait présenté. D’ailleurs tous les arguments déballés à l’époque dans mes cours n’ont pas suivis et c’était couru d’avance. Je n’ai pas de colère puisque les naïfs de ce type de discours disparaissent les uns après les autres. Et quand enfin on sera débarrassé de ces immobilistes qui ne pensent qu’aux chiffres le monde pourra évoluer aussi vite que sa technologie.