07/02/2012

La récupération d'une mort indigne

La récupération politique autour de la mort d'un indigné me fait sourire jaune une fois de plus.

Le livre d'Amélie Nothomb "Le fait du prince" mettait en avant que la mort d'une personne peut être problèmatique. En effet, si une personne sonne chez vous et vous demande de téléphoner car son téléphone portable ne fonctionne plus il ne serait pas charitable de lui le refuser. Mais imaginons que la personne décède subitement d'une crise cardiaque chez vous ? La police viendra et vous serez le premier suspect, là c'est vraiment problématique. C'est exactement ce qui se passe dans le roman.

Dès lors, on peut se dire que la personne n'est pas morte au bon endroit. C'est tragique ce que je dis mais si cette personne était morte sous un pont, est-ce que l'on aurait eu les mêmes manchettes ?. Dieu sait qu'il existe en Europe des morts tous les jours dans le froid. N. Sarkozy avait osé déclarer "si je suis élu en 2007 il n'y aura plus de SDF" on attend encore.

Ce qui a de regrettable c'est que le mouvement soi disant proche des individus à échouer tout comme notre société. Il faut croire que les indignés n'ont été que le reflet de notre société. Hier soir deux personnes âgées sont mortes en France intoxiquée au monoxyde de carbone. On peut en déduire que pas tout le monde a le bénéfice d'avoir un chauffage.

Par conséquent, je regrette deux choses :

-la mort de cet homme et je partage la tristesse de son éventuelle famille

-la récupération politique de tous les partis. Je les attends de pied ferme le 24 décembre 2012 pour distribuer la soupe aux sans abris et aux personnes âgées suisses qui par nécessité se rendent à la soupe populaire. Là bien sûr, il n'y a plus personne. La misère est devenu un terrain pour politiciens. Il semblerait qu'il n'y ait que cet homme qui meurt dans le froid à Genève. Vive l'hypocrisie! Ce qu'il y a d'indigne c'est que dans notre civilisation soit disant supérieur, selon Claude Guéant, il y ait encore des gens qui vivent et meurent dans la rue! Vive la déclaration des droits de l'Homme. Rousseau doit être heureux là ou il est!

05/01/2012

Etre indigné ou être indigné…

 

On s'indigne dans tous les sens pour des bonnes ou des mauvaises raisons. La fin de l'année 2011 a vu l'émergence des modérateurs de l'indignation. Heureusement que les indignés sont là pour donner un travail honorifique à certains.

S'exprimer librement est la chance de vivre dans une démocratie. La courtoisie et le jeu de la joute verbale doivent être respectés. Pourtant, il y a toujours des individus avec des relents totalitaires. Si certains avaient le pouvoir, il jetterait les indignés en prison au nom de la démocratie. Quelle ironie !

Alors que le débat de la fin 2011 tournait autour du fait de "s'indigner ou de ne pas s'indigner" ou d'être en droit de s'indigner. Bref, des jeux mots, pour essayer de panser des maux! 

Hier on a eu droit à l'INDIGNATION de l'UMP suite aux déclarations de François HOLLANDE à propos de Nicolas Sarkozy. Se serait un sale mec! Ouaaah quelle insulte...on apprend par la suite que les propos ont été mal retranscrit. L'histoire étant si triste je préfère même ne pas vous faire l'historique de ce coup d'épée dans l'eau. Mais le mal est fait! La droite s'indigne! "On ne peut pas insulter un président en fonction" "la fonction de président" doit être respectée" bla bla bla pipi caca.

Il est clair que les affaires Karachi ou les détournements d'argent de Chirac ont  contribué au renforcement de cette fonction intouchable de président de la république (bananière) française). Nicolas Sarkozy sera peut être le 2ème président à être jugé.

Par conséquent, j'attendais avec hâte les indignés de droite ou les anti-indignés contre toutes indignation. Non pas un mot...il faut croire que le créneau a été largement utilisé. Devant des événements grave personne ne s'insurgent mais devant la stupidité j'ai l'impression que l'on préfère nager dans cette douce mer plutôt que de l'ouvrir...